La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY

Publié le 10 août 2022

Qui va juger les juges corrompus ?

Chose inouïe, pratiquement piégée par un justiciable excédé d’être forcé par un substitut du Parquet du Tribunal de 1re Instance de Fianarantsoa à payer une certaine somme, un juge a été pris en flagrant délit de corruption par les services du Bianco. L’affaire suit son cours, pendant que le magistrat se serait porté malade Un magazine illustré des années 80 a fait sensation avec un article titré : « Qui va juger les juges ?» Déjà en ce temps-là, les dérives de quelques juges sous l’influence nocive de l’instrumentalisation des juridictions et atteints par la gangrène de l’argent sale de la corruption faisaient parler d’eux dans les sombres affaires des trafics de girofles et de quelques dossiers pourris sur des détournements de deniers publics qui finissent en queue de poisson. Sans que le public sache réellement quels ont été les verdicts des rares procès à l’endroit de ces très riches «patrons » qui ont pratiquement pillé la trésorerie de la Caisse Vanille et Girofle (CAVAGI) à la suite de ces lots de produits passés à la destruction par le feu avec des documents fictifs et l’usage de faux pour obtenir des milliards avec des motifs montés de toutes pièces.
À notre époque, il n’y a plus lieu de poser d’inutiles questions. Ce qu’il faut, c’est passer à l’action pour pouvoir châtier ces quelques juges qui sont tombés dans la tentation des corrupteurs très adroits pour travestir le mal en bien en donnant gain de cause à des délinquants criminels tout en s’évertuant à maintenir en prison des justiciables innocents et donner tort à des parties qui perdent des procès à cause des relations perverses au sein de quelques cours de Tribunal. Vous voulez des preuves, il suffit de demander à quelques greffiers. C’est pourquoi, il faut écouter les confidences sous le manteau de ces donneurs d’alerte et les bruits de couloir auxquels nous journalistes, garantissons toujours le respect de la non-révélation des sources… Venons-en aux faits qui nous préoccupent. Pour mettre définitivement fin à ces activités nuisibles de ces magistrats qui ne résistent pas aux avantages faramineux des richesses mal acquises ou ne serait-ce que pour dissuader les candidats de l’enrichissement rapide par des voies et moyens illégaux, il faut les grands moyens pour pouvoir juger ces individus félons parjures qui foulent aux pieds le serment qu’ils ont fait en choisissant cette noble profession de juge.
D’abord, commencer par un nettoyage par le vide au sein du monde de la Justice par des opérations « mains propres au nom de la loi et de l’intégrité »… Il s’agit d’une étape pratiquement faisable avec des hauts responsables qu’« il faut à la place qu’il faut ». Suivez mon regard tout en vous souvenant de ce passage de l’actuelle Constitution qui exige que le Premier ministre « veille à l’exécution des décisions de justice. » Dans la réalité des faits, le responsable actuellement en place cité, n’a ni le savoir-faire, ni la fiabilité politicienne exigée pour la fonction. Son état de service éloquent depuis la présidence de Hery Rajaonarimapianina (mauvaise gestion et braderie des richesses minières, administration étatique peu fiable, relations douteuses avec les fournisseurs pétroliers et autres trafics en tous genres). L’urgence veut qu’on se passe d’une Haute Cour de Justice (handicapée par une ingérence parlementaire achetée). Ensuite (avec toujours le même personnel fiable) mettre en place une juridiction habilitée pour juger n’importe quelle personnalité sans tomber dans les mêmes erreurs qu’avec ce gadget appelé pompeusement P.A.C (Pôle Anti-Corruption) qui fait doublon avec les instances institutionnelles ayant fait leurs preuves depuis. Osons espérer que le Timonier prenne conscience enfin qu’il est le Chef d’Etat d’une nation souveraine. En tant que tel, il est en droit de faire en sorte qu’on puisse procéder à des rectifications quant aux lois qui régissent ce pays et réagir comme il a fait face aux assauts oratoires de l’ingérence de ce diplomate de l’Union européenne. (compatriote de Berlusconi, fameux pour ses frasques électorales d’antan…)

Lire aussi