La Gazette de la grande ile

Des citoyens sacrifiés

Publié le 10 août 2022

10 août 1991 – 10 août 2022, la marche vers le palais d’Iavoloha a exactement 31 ans aujourd’hui, une manifestation qui a coûté la vie à beaucoup de Malgaches. Des citoyens malgaches dirigés par des politiciens qui voulaient surtout que le régime de l’époque tombe pour qu’ils prennent le pouvoir à la place. Les manifestations populaires se terminent parfois en bains de sang. Les gens sont dissuadés par les discours politiques, lesquels sont surtout des promesses d’ivrogne, des discours qui servent à détruire les adversaires politiques et à trouver des avantages personnels. Les politiciens savent qu’il y a beaucoup d’avantages quand on est dans le régime : les richesses nationales sont plus accessibles, les différentes affaires plus faciles à opérer, c’est pourquoi les politiciens entreprennent tous les moyens pour y parvenir. Ceux qui sont au pouvoir ne veulent pas sortir, parce qu’ils mangent bien dedans, ceux qui n’y sont pas veulent y entrer quels que soient les moyens. Ceux qui arrivent à se ranger du côté des dirigeants, obtiennent ce qu’ils veulent, mais ceux qui ne s’entendent pas avec les dirigeants deviennent des opposants et savent qu’ils n’auront pas facilement le pouvoir, même pas avec les élections. Ils savent qu’utiliser la population comme pion est plus facile. C’est alors qu’ils organisent des manifestations populaires, avec de beaux discours qui fustigent les maux du peuple, les problèmes qui gangrènent la société deviennent pour eux des arguments pour hypnotiser le peuple et l’amener à les suivre et à les soutenir pour instaurer un changement. “Changement”, un mot qui devient depuis des années comme un appât pour pêcher les citoyens. Depuis 1972, le peuple devient un sacrifice sur l’autel politique, les citoyens meurent pour la cause des politiciens sous prétexte de patriotisme. Les citoyens manifestent justement pour ce patriotisme, mais les politiciens le font par égoïsme. Des manifestations où on perd des vies et les politiciens qui y gagnent le pouvoir deviennent à leur tour ceux qui répriment, des soi-disant gentils qui deviennent les méchants de l’histoire et cela tourne en boucle. Nous vivons dans une république fondée à partir de la rue, une rue publique. 10 août 1991, qu’est-ce que cela a apporté au pays ? Du changement ? Quel changement ? À chacun des citoyens d’y répondre. 1972, 1975, 1991, 2002, 2009, 2018, des manifestations qui n’ont fait que tuer des Malgaches et les opposants actuels veulent encore s’y mettre.

Riri

Lire aussi