La Gazette de la grande ile

Nourritures saines locales : Plus cher que la merde importée

Publié le 11 août 2022

Grâce au climat tropical et au sol riche en nutriments de Madagascar, les produits de l’agriculture malgache sont automatiquement riches en nutriments essentiels et sont biologiquement saints. Pourtant, la dévalorisation des agriculteurs bloque l’acheminement de ces produits depuis les zones agricoles vers les villes. L’insécurité financière et sanitaire des agriculteurs, causée par la négligence des dirigeants, les oblige à proposer des prix exorbitants de leurs produits afin de survivre dans ce contexte de crise extrême. En ce moment, les prix de tous les produits agricoles ont augmenté de façon exponentielle et l’absence de formalisation fait que chacun impose son prix. Ainsi, le chou-fleur est à 2.000ar le kilo, la carotte à 1.500ar et la poignée de brèdes s’achète à partir de 500ar. A valeur énergétique égale, 400 kilocalories de pâtes instantanées importées coûtent 900ar, alors que pour obtenir 400 kilocalories de légumes mélangés, il faut payer plus de 2.000ar. Rappelons cependant que ces 400 kilocalories de pâtes instantanées sont vides en nutriment. Il ne faut que 80 grammes de pâtes pour obtenir 400 kilocalories et ce sont essentiellement des glucides rapides. Par contre, il faut environ 650 grammes de légumes mélangés pour obtenir ces 400 kilocalories. C’est rassasiant et cela rapporte du glucide complexe, de la protéine, de la vitamine, des sels minéraux et des fibres. Pour se nourrir sainement à Madagascar, il faut se tourner vers de la merde importée de l’étranger, car la nourriture saine locale est dévalorisée par une gouvernance défaillante. En plus de réduire considérablement le pouvoir d’achat de la population, le régime réduit aussi son espérance de vie en imposant de la nourriture qui tue.
T. Berado

Lire aussi