La Gazette de la grande ile

Le chef d’Etat laisse faire

Publié le 12 août 2022

De deux choses l’une : soit le chef d’Etat doit plein de choses à ces personnes étranges autour de lui et il les garde toujours, soit le chef d’Etat ne voit rien de ce que les autres voient, soit il a clairement des œillères. Le chef de l’Etat est convaincu que tout va bien dans ce pays, que les personnes qui travaillent avec lui sont compétentes et ne songent qu’au bien du pays. Sa certitude fait qu’il garde autour de lui tous les bras cassés. Ils sont tellement nombreux qu’on ne peut pas les citer tous. Il y a Rinah Rakotomanga dont on ne sait plus quel est le titre, sinon qu’elle est inamovible. Là où le chef d’Etat la nomme, elle est soit incompétente, soit arrogante, soit elle facilite les malversations de ses ou son protégé, mais elle n’a jamais permis depuis à faire décoller le secteur dans lequel  elle est placée, pour le bien du pays. On ne reviendra pas sur le dossier Madagascar Airlines, notre journal a fait déjà un dossier sur ” le vernis des apparences” que cette spécialiste de brassage du vent, devrait relire plusieurs fois. Il y a ensuite le pire des ” députés” qui ne mérite même pas le nom de représentant du peuple, car le peuple n’est pas aussi agité du bocal que ne l’est Raholdina. Prétentieux, impoli vu la manière dont il coupe la parole aux gens sur les plateaux de télévision, égocentrique, il se voit en haut de l’affiche, mais au-delà de quelques férus de sa circonscription électorale, personne ne le connaît. S’il avait un peu de compétence il aurait été réellement connu et écouté. Il y a également le Premier ministre, tout comme Rinah Rakotomanga, on ne sait plus exactement ce qu’il fait si ce n’est faire acte de présence et garder impérativement sa place pour pouvoir garder également en place ses protégés. Ce ne sont que quelques exemples, mais ce sont des personnes qui, même si leurs actions ou inactions tirent le chef de l’Etat vers le bas, sont toujours maintenues par le chef de l’Etat. Il laisse faire… et en assumera sa responsabilité dans l’Histoire.

La Gazette

Lire aussi