La Gazette de la grande ile

Le forum de trop ! Rajoelina, champion du monde des forums sans lendemain

Publié le 10 septembre 2022

Mme Lova Ranoromaro, porte-parole du président, a déclaré que le fameux Plan Émergence Madagascar (PEM) sera enfin présenté officiellement les 28, 29,30 octobre prochains. Encore un décalage de plusieurs semaines de plus, au lieu des 05-07 octobre annoncé initialement.

Sans vouloir parler de l’opportunité de sortir, à une année de la fin du mandat présidentiel, un tel plan dont on ne sait pas encore comment il va être financé. Un PEM prévu comme guideline pour la période 2019-2023, qui ne va sortir que fin octobre 2022 !

Donc un accouchement difficile apparemment, puisque sa sortie avait été annoncée initialement pour le 19 janvier 2020, date anniversaire de la prestation de serment de Rajoelina. Mais on aurait alors sorti un « bébé PEM prématuré ». La cérémonie de présentation du PEM a donc finalement été remplacée par le lancement de la campagne de reboisement nationale.

En février 2021, le gouvernement s’était réuni au MAE avec les PTF pour l’élaboration du Plan Multisectoriel de développement (PMUD), en attendant ce PEM. Le PMUD, un plan de plus ! Comme pour noyer le poisson afin que le citoyen lambda ne s’y retrouve plus. Et en espérant que la population a la mémoire courte.

Hélas, pour les politiciens avides de promesses en tout genre, Internet permet maintenant de retrouver rapidement les différentes séquences d’un événement.

Selon la porte-parole, le moment est opportun suite à la note positive donnée par Standard & Poor’s en avril dernier. Le secteur public et privé, les partenaires techniques et financiers traditionnels (Tiens ! Pourtant, Mamimbahoaka n’avait-il pas dit qu’il ne fallait plus compter sur ceux-là ?), les investisseurs nationaux et internationaux, ainsi que la diaspora, seront invités à y participer.

En novembre 2021, le gouvernement a chargé le cabinet Rothschild de la recherche de financements et d’investisseurs. Ce cabinet devait également trouver des partenaires et le financement pour le redressement d’Airmad (après avoir beaucoup dépensé pour le business plan de Bearing Point qu’on a rangé dans les tiroirs). Si Rothschild n’a apparemment pas pu trouver de solutions pour Airmad, peut-on objectivement espérer que ce cabinet arrivera à trouver le financement de ce PEM ?

Et quand bien même, on arrivera à boucler ce financement, cela ne servira pas à grand-chose compte tenu de la capacité d’exécution budgétaire du gouvernement. Cette capacité d’absorption est complètement bridée par le mode de gouvernance extrêmement centralisée de Rajoelina. Oui, cette gouvernance doit préalablement être changée. Mais Rajoelina ne l’a toujours pas compris.

La Gazette ne désespère pas et continuera à l’expliquer le temps qu’il faudra. Car Rajoelina comprend vite, mais il faut lui expliquer longtemps.

N’en déplaise d’ailleurs au petit timonier, ce nouveau Forum ressemble à une pâle copie de la Conférence des investisseurs tenue à Paris début décembre 2016, au cours duquel par exemple le projet de barrage hydroélectrique de Volobe avait été annoncé. C’est un projet totalement financé. Et à ce jour, le régime Rajoelina n’a toujours pas signé le contrat définitif, privant Madagascar de plusieurs années de production d’énergie électrique bon marché et prolongeant les éternels délestages.

Comme souligné par cet article de la Gazette du 22 août dernier, c’est juste le forum de trop : http://www.lagazette-dgi.com/?p=80798

Le plan Marshall

Mi-juin 2020 en pleine crise Covid, Rajoelina redonnait un peu d’espoir à la population en annonçant un « Plan Marshall » de 1 043 milliards ariary (250 millions de dollars). L’espoir fait bien vivre les imbéciles pour lesquels Rajoelina prend la population. https://www.presidence.gov.mg/gov/index.html . Ont été, en effet, promis dans ce plan 40 millions de dollars sous forme de prêts à faible taux d’intérêt pour les PME et PMI pour la relance de leurs activités. Hélas, personne n’en a vu les couleurs. Au contraire, de nombreuses petites entreprises de travaux publics qui ont obtenu du Fond Routier des marchés d’entretien et de maintenance de routes attendent encore d’être payées depuis plus de deux ans ? Certaines ont fait faillite, et ont fait l’objet de saisies par les banques.

1250 km (goudrons, pavés, terrassement et ponts) étaient prévus être inscrits dans la Loi Rectificative des Finances 2020. Parmi ces infrastructures routières, figuraient parmi d’autres des travaux de traitement des points noirs de la RN23 Moramanga Anosibe An’Ala.

18 mois plus tard, fin février 2022, Rajoelina est venu à Anosibe An’Ala et a déclaré que « la population ne mérite pas de vivre dans la boue et avait promis une fois de plus de réhabiliter les 71 km de cette route, par l’utilisation d’une partie des redevances payées par Ambatovy. Il avait oublié, mais pas la population de cette « contrée », que ces travaux figuraient déjà dans le plan Marshall !

Y figuraient également des travaux de terrassement et goudrons des points noirs de la RN14 Ifanadiana Ikongo. Deux ans plus tard, Ikongo reste toujours difficilement accessibles. À la suite de la tuerie, les membres du gouvernement n’ont pu y accéder que par hélicoptère. Sans doute une des raisons empêchant Rajoelina d’y aller, car il n’a aucune confiance aux hélicos de l’armée. Quand il a besoin d’un hélico, il préfère utiliser celui loué par les organismes de l’ONU.

Des bureaux régionaux des ministères étaient également prévus dans ce plan Marshall. Mais que penser, pour ne citer que ceux-là, des bureaux du centre fiscal d’IKONGO ?

IKONGO est vraiment oubliée du pouvoir central (hélas, ce n’est pas le seul district délaissé), et cela s’était déjà vérifié lors du cyclone Batsirai. On comprend mieux pourquoi le député Brunelle soit à bout de nerfs et semble excédé, car la population commence à se demander s’il défend bien leurs intérêts. Oui, les élections approchent.

Les gendarmes épargnés

Le Conseil des ministres de mercredi a limogé le chef de district d’Ikongo, ainsi que le directeur régional de la sécurité publique de Vatovavy Fitovinany. Est-ce juste une coïncidence ou bien est-ce à cause de la tuerie d’IKONGO ? Cette fois, on n’a toujours pas entendu le SEG, alors qu’il était toujours prompt à prendre le micro dans le passé.

En-tout-cas, des limogeages de civils uniquement. Ce qui fait monter la grogne chez des policiers qui ne comprennent pas qu’aucune sanction n’ait été jusqu’ici prononcée contre les gendarmes considérés comme bénéficiant de régime de faveur.

Des hauts gradés de la police ne comprennent pas par exemple qu’aucune mesure n’ait été prise à la suite des révélations lors du procès Apollo 21. Des gendarmes mis à disposition, moyennant finances, de personnes et sociétés privées comme Filatex. Des gendarmes qui reversaient à leur hiérarchie une partie de ce qu’ils touchaient.

Des gendarmes qui ont peu apprécié que ce soit la police qui avait révélé l’affaire Apollo 21 incriminant plusieurs gendarmes dont des hauts gradés. À charge de revanche ?

Quand le gouvernement réglera-t-il cette guéguerre larvée entre la police et la gendarmerie qui n’a que trop duré et nuit à l’efficacité des actions des forces de l’ordre !

En France par exemple, la gendarmerie a été mise sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, tout comme l’est la police.

La Gazette

Lire aussi