La Gazette de la grande ile

Education : frappée par tous les maux

Publié le 17 septembre 2022

L’absence de continuité de l’Etat en matière de politiques éducatives. Le non-respect du droit à l’éducation (l’accessibilité, l’inclusion, la gratuité et l’enseignement obligatoire, la non-discrimination, l’égalité des chances et de traitement, le respect de la dignité, le respect de l’identité et la qualité). La non-application des textes légaux et réglementaires en vigueur. La centralisation des ressources et le pouvoir dans la prise de décision. La performance éducative insatisfaisante. Le manque de motivation, la faible qualification et la répartition inéquitable des enseignants. Tels sont les points soulevés par les jeunes dans le cadre du forum national sur l’éducation qui s’est tenu le mois dernier à Antananarivo. A cela, on peut ajouter un taux de déscolarisation de plus en plus élevé, causé par l’absence de moyens des parents et l’absence de volonté de l’Etat à ne plus s’investir dans le secteur et qui provoque la suppression des classes intermédiaires auprès des écoles privées.

L’éducation est frappée par tous les maux. Et ce n’est pas le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) qui s’opposera à cette déclaration. Au contraire, il enfonce le clou. « La situation à Madagascar est tout aussi alarmante », indique l’Unicef dans son communiqué de presse publié hier en amont du Sommet sur la transformation de l’éducation qui se tient depuis hier à New York. D’après l’Unicef, « Seulement 15% des enfants fréquentent les classes préscolaires. Ce chiffre passe à 76 % pour l’école primaire, et seulement 56 % des élèves obtiennent leur diplôme et passent à l’école secondaire. D’autre part, un pourcentage préoccupant de 27 % des élèves fréquentent le premier cycle de l’enseignement secondaire et 13 % d’entre eux seulement accèdent à l’enseignement secondaire supérieur ». Il n’a pas aussi manqué de souligner l’incompétence des maîtres, surtout les Fram qui représentent 70% du corps professoral dans le public.

Recueillis par Aina P.

Lire aussi