La Gazette de la grande ile

Bientôt les catastrophes…

Publié le 17 septembre 2022

Fin de l’hiver et ça y est il fait chaud et bientôt la pluie. Sauf miracle, on verra de nouveau des quartiers de la capitale inaccessibles à cause des remblais, à cause des évacuations d’eaux qui sont bouchées. On risque de voir des écoliers emportés par les trombes d’eau à la sortie de l’école et que l’on retrouvera mort. On verra des drapeaux rouges dans divers endroits et des habitations que les occupants doivent vider pour cause de grands risques d’éboulements ou d’inondations. Il y aura des cyclones ou du mauvais temps et donc des maisons des écoles des bâtiments sans toit, des arbres qui vont tomber et qui vont blesser des gens au passage. Chaque année, nous subissons les catastrophes comme le manque d’eau et puis trop d’eau, les cyclones, des bâtiments qui s’effondrent, des sinistrés et chaque année, on constate que c’étaient ainsi déjà les années d’avant, mais que rien n’a été fait pour se prémunir contre ces catastrophes. Parfois même, sinon souvent, comme le cas à Ivandry à côté de l’Ambassade de Maurice, l’autorité administrative est complice et ferme les yeux sur la reconstruction sans permis d’un bâtiment qui est tombé l’année dernière et qui a causé d’énormes dégâts chez le voisinage. On dit “mieux vaut prévenir que guérir”, mais chez nous, on n’aime pas la guérison et encore moins la prévention. On va assister à des téléthons ou des déplacements de délégation gouvernementale en hélicoptère avec des mines de circonstances, question de montrer une compassion peut être réelle, mais souvent de façade. Comme à Madagascar, c’est chacun pour soi et en tout cas un État défaillant, il est plus prudent de prévenir et malheureusement de ne compter que sur soi, car le “chacun pour soi” est devenu la norme.

La Gazette

Lire aussi