La Gazette de la grande ile

Mamimbahoaka ou « La charrue avant les bœufs »

Publié le 19 septembre 2022

Velirano par-ci, forum par-là ! Y en a tellement qu’on s’y perd. Certains disent que nos autorités maîtrisent l’art du travail à l’envers et du faux-semblant (pour la forme) et c’est vraiment le cas !

Pour votre information, la délégation malgache conduite par le président de la République, Andry Rajoelina, s’est rendu à New-York, aux États-Unis avec trois membres du Gouvernement, à savoir la ministre de l’Éducation nationale, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique ainsi que la ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Objet du déplacement : participer au Sommet sur la Transformation de l’Éducation, dans le cadre de la 77e Assemblée Générale des Nations Unies, qui se déroulera le 19 septembre prochain.

Tous s’accordent à dire que notre situation au niveau de l’éducation est alarmante et médiocre (Découvrez ici les statistiques émises par l’UNICEF https://bit.ly/3RVDd7f). Le régime actuel mise sur les « manara-penitra » pour « cacher la misère à tous les problèmes du pays » !

À la suite de l’annonce de notre participation à ce sommet et également l’alerte de l’UNICEF, nous avons collecté ces quelques commentaires :

– « Les normes de la médiocrité ! Oui le niveau scolaire général est effarant, les efforts des élèves et des étudiants, et ceux des familles pour scolariser leurs enfants ne sont pas récompensés. L’intégration dans le monde du travail n’est pas assurée. Le futur des activités économiques et sociales de Madagascar est préoccupant et sa place sur la scène internationale n’a aucune chance de grandir. TOUT le système éducatif est à repenser. Madagascar fait partie de la fameuse liste des pays où les élèves n’apprennent pas dans leur langue maternelle. Prime aux bonnes mémoires qui sauront répéter par cœur, aucun espoir de développer son intelligence personnelle. »

– « C’est l’ignorance, l’incompétence des soi-disant enseignants qui m’inquiète. Notre pays est constitué d’ignorants et dirigé par des voleurs. »

– « À mon humble avis, la condition première du changement tant attendu est que l’éducation soit notre priorité absolue, en y consacrant les énergies et ressources nécessaires ».

Et bien sûr, comme chez nous, c’est « La charrue avant les bœufs », le Ministère du développement Numérique, de la Transformation Digitale, des Postes et des Télécommunications a annoncé le 8 septembre que : « À Madagascar, le développement du numérique pourra désenclaver les régions les plus reculées avec des infrastructures rendant plus accessible l’accès à l’éducation. Nous pouvons accompagner les acteurs de l’éducation à Madagascar dans l’installation des infrastructures de télécommunications […] Le numérique sera la clé pour rattraper le retard en matière de l’accès à l’enseignement et combler le manque d’infrastructure dans les domaines de l’éducation. »

C’est louable d’avoir recours à la digitalisation, après tout nous sommes à l’ère du numérique. Mais voyez-vous, est-ce la priorité avec la situation actuelle au pays ? « Tout d’abord, le taux de pénétration est extrêmement faible. Ensuite, les tarifs sont exorbitants. Et enfin, l’État est-il capable de financer les équipements (unité centrale, laptop, tablette, Smartphone, Audio) ? Ce qui représente un coût non négligeable pour un foyer modeste » sujet de réflexion.

Si seulement les « fivoriana an-databatra » (réunion sur table) étaient positifs au lieu de gaspiller l’argent des contribuables. Ni la digitalisation, ni des milliers de sommets/forums internationaux et nationaux ne changeront la donne tant que notre organisation politique ne fait pas de l’éducation une priorité absolue !

L’éducation est un sujet à traiter d’urgence, et le phénomène des enseignants incompétents à bannir.

F. Ntsoa

Lire aussi