La Gazette de la grande ile

Massacre d’Ikongo, tombé aux oubliettes

Publié le 20 septembre 2022

Pour la mémoire collective, La Gazette de la Grande ile demande que justice soit rendue suite aux massacres de nos concitoyens dans la région Fitovinany à Ikongo. Car toutes les vies comptent, nous condamnons les meurtres injustes perpétrés par les forces de l’ordre.

Depuis le 31 août 2022 (n˚ 5819), à la Une de notre quotidien et sur notre site web ont été mis en ligne les messages : « Ikongo daholo isika rehetra », « We are Ikongo », « Nous sommes Ikongo » et « We stand with Ikongo ».

Par compassion et solidarité avec nos concitoyens, nous avons également mis à disposition de nos lecteurs et toutes personnes désirant se joindre à notre appel, des photos téléchargeables ici : www.spectroplasm.com .

Des pertes de vie, ce n’est pas la première fois au pays ! Plus que les catastrophes naturelles, les pertes de vies humaines suite à l’insécurité ont été en hausse cette année. À Ankazobe, Kelilalina Ifanadiana, Amparafaravola, Ihabohazo Farafangana et Ikongo, des personnes ont été sauvagement tuées (incluant des enfants) dont certains brûlés vifs.

Et notre Champion ? Indifférent ! Excusez-nous si nous employons ce mot, car il n’a pas daigné se déplacer pour présenter ses condoléances aux familles des victimes. En plus de cela, il n’a même pas déclaré « le deuil national ».

Outre Mamimbahoaka, on pensait que le SEG allait aider dans la restitution de l’ordre, mais c’est pire encore. Pour lui, les gendarmes ne sont pas à blâmer et qu’il fallait également considérer la présence des « policiers ». Cherchez un bouc émissaire, personne n’est fautif et condamnable pour lui peut-être ? Et d’ailleurs, pourquoi est-ce que c’est la gendarmerie qui se charge de faire les enquêtes ? C’est quand même absurde !

La Gazette espère que Mamimbahoaka va se reprendre et qu’il va (enfin) montrer son empathie envers la population d’Ikongo en s’y rendant, même tardivement. Ce n’est pas une simple formalité comme un fait divers qu’on oubliera demain, la situation y est encore tendue et plus que jamais nos dirigeants doivent agir. Mater les manifestations dans la capitale des opposants n’est pas une priorité.

Il est grand temps que le gouvernement joue la transparence, car « notre justice a foutu le camp » http://www.lagazette-dgi.com/?p=81480. Les évènements sanglants, ça suffit ! Les faits parlent d’elles-mêmes et il faut y remédier au plus vite.

Maintenant plus que jamais, tous doivent agir (solidarité gouvernementale) pour résoudre les problèmes d’insécurité alarmante dans le pays. D’abord, pour notre sécurité (les citoyens), mais aussi pour les touristes (notre activité économique).  « Il y a eu trop de violences et de génocides dans ce régime presque dans tout Madagascar. » http://www.lagazette-dgi.com/?p=82806

Toutes les vies comptent – Ikongo daholo isika rehetra.

La Gazette

Lire aussi