La Gazette de la grande ile

Racolage pour projets en panne

Publié le 27 septembre 2022

Aux  dernières  nouvelles, on semble prospecter des partenariats  du  côté  de l’île  sœur.  Pour la  réalisation  du projet de ligne téléphérique à Antananarivo. Réduit à s’inspirer   des  réalisations effectuées  ailleurs, les hommes du Président  sont  en train de  jouer les pigeons voyageurs. Peu  communicatifs  sur la situation  en  temps  réel  des phases de l’installation  dans le  secteur  du  transport, ils préfèrent plutôt s’adresser à des étrangers.

Manie de la  discrétion  méfiante ou simplement  souci de mettre les détracteurs potentiels à l’écart,  nous  avons  appris  que l’un des chefs de file du projet  se  trouve   actuellement à l’île  de La Réunion. Toujours  est-il que l’ambitieux  projet  de  relier les quartiers de la Haute-Ville de la  capitale  avec des sites de la plaine retient l’attention  de l’opinion. Serait-ce parce  que Madagascar manque  réellement  d’hommes  qu’il  faut pour les travaux  qu’il  faut, qu’en haut lieu, on préfère aller  voir  ailleurs.

Déjà dès le début des opérations pourtant entourées  de toutes les  bonnes  et meilleures intentions le projet  de construction  d’une  nouvelle  ville dénommée  TANA-MASOANDRO  était mal parti et a fait l’objet  de  quiproquos  et  de multiples effervescences.  A cause des  collaborateurs  trop  zélés mais n’ayant  aucune  expérience  en la matière  comme  cette  commère  de la République qui  s’appelle RINAH Rakotomanga,  ce  qui  était à l’origine un vrai pari présidentiel,  a  failli  devenir  une pomme  de la  discorde. Pour n’avoir pas donné de l’importance  aux moindres des préalables  qui  consistaient à se livrer  à  des approches  sociologiques  sur le  terrain et  en sous-estimant la  valeur  que nos compatriotes  attachaient, ne serait-ce  qu’à la  plus petite parcelle  de  son  terrain  familial, les personnes  chargées  de la  délicate mission  de  réaliser les travaux  se  sont  retrouvées  devant  des émeutes périodiques  animées par  des politiciens  décidés à  troubler  le  climat politique d’un  régime  qui  s’installe.

Harcelés de tous les côtés par des agitateurs à la  solde  d’une  cause  inavouée, les responsables  publics  décident  de  changer de site pour  éviter  de compliquer un  climat politique déjà tendu par les frustrations post-électorales  des perdants. Mais là  encore, les techniciens promoteurs  chargés de trouver un site  idéal,  commettent les mêmes  erreurs  qu’ Ambohitrimanjaka.  Non  seulement  le  voisinage d’Imeritsiatosika présentait  des  voisinages  réticents à l’installation  du  projet, mais  aussi  des  difficultés géologiques incompatibles à des constructions  d’immeubles  de dimensions imposantes  et importantes.

A tout  cela viendront  s’ajouter  des  prétentions  foncières et toujours les ambitions des occupants parfois  sans  droit ni  titre. Toujours  est-il  qu’il y a une  réalité  qui  reste  et  demeure : le  Timonier désireux  qu’il  est de  réaliser un projet  grandiose  s’est  toujours  trompé  de  collaborateurs. AU LIEU DE SE CONFIER A DES COMPETENCES EPROUVEES EN LA MATIERE? Le Chef de l’Etat  va  toujours  d’un  obstacle à un autre. Alors que les  enjeux  financiers et politiciens  de son  désir  est  d’une  grande importance. Pourquoi  n’a-t-il pas  songer à consulter des professionnels  en  la matière  comme un certain  Radilofe, expert  reconnu  sur le plan international?  Il n’aurait pas  dû  écouter le  chant des  sirènes et des courtisanes  qui  ne l’entourent  que pour « autre chose »…

Aux  dernières  nouvelles, on semble prospecter des partenariats  du  côté  de l’île  sœur. Serait-ce parce  que Madagascar manque  réellement  d’hommes  qu’il  faut pour les travaux  qu’il  faut ?

Noël Razafilahy

Lire aussi