La Gazette de la grande ile

Prolifération des sectes  (8ème partie)

Publié le 28 septembre 2022

Notre premier article de notre série consacrée aux sectes a porté sur la Scientologie. Aujourd’hui, il est nécessaire de faire un gros plan sur l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours. Fondée en 1830 aux Etats-Unis, elle se présente comme une église chrétienne et regrouperait environ 16 millions d’adeptes appelés mormons (ou encore latter-day-saints) à travers le monde. Depuis sa création, l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours a été éclaboussée par de nombreux scandales ignorés ou inconnus du grand public.

En 1995, on découvre que la secte de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours a réalisé des baptêmes posthumes (appelés aussi baptêmes par procuration) sur des milliers de juifs américains décédés pendant la Seconde Guerre Mondiale. Après avoir été momentanément suspendue, cette pratique est reprise, avant d’être abandonnée en 2012.

En 2006, Warren Jeffs, le dirigeant de la secte de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours, fait partie des dix criminels recherchés par le FBI. Accusé de nombreux abus sexuels et de viols sur mineurs, notamment sur des fillettes de moins de 13 ans, il est condamné à la prison à vie au Texas en 2011.

En décembre 2019, un article paru dans le Washington Post révèle que la secte de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours a dissimulé au fisc américain plusieurs milliards de dollars de taxes.

En décembre 2021, Jeff T. Green, membre influent de la secte de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours choisit de démissionner. Il regrette que cette secte s’oppose aux droits des femmes, aux droits des minorités raciales et aux droits des LGBT.

Installée à Madagascar depuis 1998, la secte de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours comprend près de 13.000 mormons répartis dans quatre villes : Antananarivo, Antsirabe, Fort-Dauphin et Toamasina.

La Gazette

Lire aussi