La Gazette de la grande ile

Inspection générale de l’Etat : 52 milliards d’ariary  de  deniers publics  détournés

Publié le 28 septembre 2022

Une fois de plus, les  hauts fonctionnaires de l’Inspection  Générale  de l’Etat ont  accompli  avec succès  les missions  qu’on  attend  d’eux.  Au  cours  d’une  rencontre  avec la presse au  siège même  de  cette  Direction  Générale   rattachée  à la Présidence de la  République, ils ont  révélé aux médias  qu’une somme  de l’ordre  de plus  de 52 milliards d’Ariary  est  sortie de manière illégale  des  caisses  de l’Etat. Selon toujours les  déclarations  de ces  derniers, il  s’agit de mauvaises  pratiques  constatées  auprès  des  établissements, services publics  jusque  dans les  collectivités décentralisées.

Dans les médias, les titres  font  toujours  état  de l’existence de ces  agissements qui portent  atteinte au  Trésor Public, mais  en l’absence  de preuves palpables  provenant  de sources  sérieuses et  craignant  des  représailles, cet  état  de  chose reste  et  demeure des  rumeurs  comportées à longueur d’année.  Cette fois sortis  de leur  réserve, les inspecteurs  d’Etat très  compétents ont  réussi à    faire éclater  au  grand  jour  des  vérités cachées.  Les détournements de  deniers   publics  ne peuvent  réussir  qu’avec la  complicité  agissante  de  très  hautes personnalités. Il n’a pas été précisé au cours  de la  rencontre  avec la presse  que tel  ou  tel  décideur  est impliqué  dans  ces  actes  criminels. Toutefois, le  Directeur  Général  de l’Inspection  Générale  de l’Etat  a cité des  responsables  d’institutions, de  départements ministériels, des  directeurs  généraux et des titulaires  de postes  administratifs  et  financiers  qui  gèrent  des  crédits  budgétaires  trempés  dans une complicité dans les  octrois  des marchés  et les   sources  frauduleuses pures et simples n’ont pas  échappé  aux  investigations  sérieuses  et pointilleuses  des professionnels  de l’IGE

A partir  de déballage  des linges  sales  de la gestion  financière de la République  en  général  et  des ententes suspectes avec les prestataires  affairistes, les  personnes  concernées  risquent  de  ne pas dormir  tranquille. Il  reste  toutefois  l’énigme de l’effectivité  de l’impunité garantie pour les  grosses  têtes par l’existence des   articles  vicieux  de la Loi Organique  régissant le  Haute  Cour  de  Justice. Si bien  que le public  se demande  si l’exploit  de l’Inspection  Générale  de  l’Etat  ne  sera pas  seulement un  coup  d’épée  dans l’eau.  Suivez mon regard.  Jean  de Dieu  Maharante  est libre  comme le  vent..

Noël Razafilahy

Lire aussi