La Gazette de la grande ile

Jour après jour : Notre environnement se dégrade

Publié le 28 septembre 2022

Qu’il s’agit d’environnement social, d’environnement de travail ou de notre environnement, tout se dégrade.

La vindicte populaire est devenue notre moyen « de faire et de rendre » justice, à défaut d’application de nos lois parce que notre société n’a plus confiance en la « Justice ». Toujours en parlant de justice, les Malgaches sont des « pros » ! Maintenant, les règlements de compte et diffamation se font sur les réseaux sociaux ! Gare à vous et souvenez-vous que « Internet se souvient ».

Les lois qui doivent servir de balises et qui doivent être appliquées pour le bon fonctionnement de la vie de la nation sont bafouées par nos « hauts responsables dirigeants ». Limite, ils servent de menace et rien de plus.

Madagascar est connu d’antan d’être : accueillant, paradisiaque, respectueux ou par sa biodiversité, fait maintenant la Une des journaux internationaux en mal. Triste vérité, hélas ! Nos routes sont impraticables, l’insécurité règne en maître et cela n’attire pas les touristes, sauf le “tourisme sexuel”. Et cerise sur le gâteau, la corruption gangrène tout !

L’éducation de nos enfants ? Non, ce n’est pas une priorité pour eux. Ce sera toujours le « werawera » d’abord ! Ils construisent des établissements « manara-penitra », mais les enseignants et la qualité de l’éducation fournie n’y est pas.

Du point de vue environnement : les menaces d’extinction, les feux de forêt, l’exploitation et exportation de nos ressources font rage. Au lieu d’une protection durable, nous avons une dégradation durable de notre environnement !

« Misy mihaino ? » (Est-ce qu’on nous écoute ?)

Si l’on devait compter les nombres de fois où notre quotidien a tiré la sonnette d’alarme en pointant du doigt les différents dysfonctionnements dans les rouages de ce régime Mamimbahoaka, on perdrait les comptes. Ce qui est effarant, c’est que notre Champion sait s’entourer de sangsues ! Toutes les personnes nommées dans son régime politique à commencer par son Premier ministre sont défaillantes. Une défaillance que l’on déplore !

Le pire, c’est qu’ils sont « au pouvoir » et à la tête de notre pays ! Au lieu de s’entraider pour un changement radical qui mèneront vers notre « développement », ils pillent, vendent et vivent en toute impunité. Tandis que pour la majeure partie de la population, « c’est la misère et la survie au quotidien ».

F. Ntsoa

Lire aussi