La Gazette de la grande ile

Décharge d’Andralanitra : La fumée étouffe les quartiers avoisinants

Publié le 03 octobre 2022

Depuis quelques jours, un incendie s’est déclaré sur le site d’Andralanitra, provoquant une épaisse fumée qui asphyxie les riverains. Depuis des années, Andralanitra accueille une quantité importante d’ordures produites par Antananarivo. Pour le moment, la ville n’a aucune politique sérieuse de gestion de déchets et aucun incinérateur. La principale méthode « d’élimination » des déchets d’Andralanitra consiste à les brûler en plein air. Fuyant le feu, les mouches s’installent dans les foyers.

Tous les jours, les habitants d’Andralanitra et ses environs sont confrontés à la fumée toxique produite dans la décharge. En outre, des feux volontaires y sont régulièrement recensés, aggravant ainsi la situation. C’est ce qui s’est produit depuis quelques jours sur le site. Les riverains appellent ainsi les responsables à prendre les mesures conséquentes. Il ne s’agit là que d’une mesure d’urgence.

Sur le long terme, il est aussi question d’une bonne gestion des ordures d’Antananarivo. Depuis des années, les habitants appellent au déplacement du site ailleurs. En 2020 par exemple, le père Pedro Opeka, fondateur de l’œuvre humanitaire Akamasoa, a lancé un appel au secours à ce sujet. Il parlait notamment de l’odeur nauséabonde qui rend malade et empêche les élèves d’étudier en période de pluies. En période sèche, c’est la fumée qui les empoisonne.

Il convient de préciser qu’entre 600 tonnes (chiffre de la Commune Urbaine d’Antananarivo ou CUA) à 1 200 tonnes d’ordures (donnée d’une entreprise privée) sont transportées à la décharge d’Andralanitra. Ce chiffre ne cesse d’augmenter d’après nos sources : 370 tonnes en 2021 d’après la CUA et environ 1 000 tonnes la même année, selon l’entreprise citée plus haut.

Annie N.

Lire aussi