La Gazette de la grande ile

Après la RN5A : Plus que les annonces et les routes en pavé

Publié le 04 octobre 2022

Les réseaux routiers à Madagascar laissent complètement à désirer. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les réseaux routiers de la Grande Ile figurent parmi les moins développés du monde (rapport de la Banque Mondiale 2022). Ce n’est pas pour rien que le Petit Timonier a joué le fier lors de l’inauguration de la route nationale Ambilobe – Vohémar (RN5A). Après l’inauguration de la RN5A, il ne reste plus que les annonces de nouvelles perspectives et les routes en pavé à inaugurer. Ce n’est pas encore demain la veille que le Sucré du peuple pourra inaugurer des infrastructures routières comme celle de la RN5A. De ce fait, il doit se contenter d’inaugurer des petites réalisations comme c’est le cas des routes en pavé d’à peine 1 km et quelques, à l’exemple des routes en pavé d’un total de 1,1 km dans les fokontany d’Ankirihiry et Ambolomadinika lors du déplacement du Champion dans la région de Toamasina. Les réseaux routiers à Madagascar laissent à désirer, mais le pire est qu’aucun contrôle qualité n’est effectué par rapport aux infrastructures routières construites ou réhabilitées. C’est la raison pour laquelle les routes à Madagascar ne tiennent pas longtemps. Il n’y a qu’à voir le cas de la route nationale reliant Toamasina à Foulpointe qui est déjà en piteux état alors qu’elle a fait l’objet d’une réhabilitation du temps où Hajo Andrianainarivelo était à la tête du Ministère des Travaux publics. La connectivité routière à Madagascar n’est pas très enviable et la situation ne changera pas de sitôt surtout que les dirigeants font de la mise en place d’un téléphérique une priorité plutôt que d’essayer de développer les réseaux routiers.

Jean Riana

Lire aussi