La Gazette de la grande ile

Environnement : Madagascar consumé par les feux

Publié le 05 octobre 2022

Après l’incendie qui s’est déclaré le 22 septembre, ravageant au moins 8 000 ha de la réserve de la Baie de Baly et quelques points de feux découverts dans le parc d’Ankarafantsika, 160 autres hectares de jeunes plants (représentant 90% de la zone) sont réduits en cendres dans la zone de reboisement à Marohogo dans la région Boeny. « Ce sont trois années d’efforts de reboisement qui sont réduites à néant en l’espace de quelques heures », regrette le gouverneur de la région, Mokhtar Salim Andriantomanga, lundi 3 octobre à l’issue de sa descente sur le terrain.

Sur le site web CartoVista, on peut voir que tout Madagascar se consume. N’y a-t-il vraiment aucune solution aux feux de forêt et feux de brousse ? Ou s’agirait-il juste d’une absence de volonté ? Ou plutôt d’incompétence des responsables, surtout étatiques, à commencer par la ministre de l’Environnement et du développement durable Marie Orléa Vina ? Le gouverneur de la région Boeny lui, indique que ces feux qui ravagent nos forêts pourraient être le résultat d’un écart de la part de l’Etat. « Mais dorénavant, l’on va prendre notre responsabilité au sérieux », rassure-t-il face au feu ravageur observé dans la zone de reboisement à Marohogo, une vitrine de reboisement, résultat de partenariat entre le privé.

Madagascar perd en moyenne 100 000 ha de forêts par an. Et chaque année, ce chiffre ne cesse d’augmenter. Les résultats sont catastrophiques : disparition des espèces endémiques et sécheresse. Cette année, les spécialistes prévoient une sècheresse qui s’étalera jusqu’au mois de décembre sur presque toute l’île. Par ailleurs, les précipitations seront inférieures à la moyenne saisonnière dans le Nord et l’Est. Pour quelques localités, notamment les Hautes terres, l’Est, l’Ouest et le Nord-ouest, cela s’étendra jusqu’en février 2023.

Annie N.

Lire aussi