La Gazette de la grande ile

Veliranon’Iarivo : La réalisation à la traîne

Publié le 06 octobre 2022

Les Veliran’Iarivo, promesses électorales de Naina Andriantsitohaina, le maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) consiste en l’amélioration de la condition de vie des Tananariviens. Ils englobent huit pactes que l’actuel maire a faits envers les résidents de la ville des Milles une fois qu’il serait à la tête de la CUA. Quasiment trois ans se sont écoulés depuis son élection, mais force est de constater que la ville d’Antananarivo n’a pas pour autant changé, de même que la condition de vie de ses résidents.

Les embouteillages font toujours partie intégrante de la vie des Tananariviens avec un plus, à savoir la frustration engendrée par les nouveaux flux de circulation, parce que les automobilistes doivent faire un détour où qu’ils aillent. Sans oublier le piteux état de bon nombre d’axes dans la ville, notamment Behoririka, Ambanidia, 67Ha et Ampefiloha entre autres.

L’assainissement de la ville n’est une pure illusion. Les marchands de rues demeurent hors de contrôle malgré la construction de nouvelles infrastructures pour les accueillir. La ville baigne toujours sous les ordures, surtout les bas-quartiers. Les canaux d’évacuation d’eaux usées sont obstrués par les ordures. Et ce malgré l’existence du Code municipal d’hygiène qui devrait servir de balise dans la propreté de la ville.

Bref, le maire s’est engagé à redorer le blason de la ville, apporter des aides sociales aux plus démunis, assurer une santé de proximité, améliorer l’éducation, assurer la sécurité, améliorer l’accès à l’eau. Certes, la Commune fait des efforts, mais dans certains domaines, ils ne sont que symboliques. Par exemple, dans la lutte contre l’insécurité, la commune se contente juste des éclairages publics.

Aina P.

Lire aussi