La Gazette de la grande ile

Enseignants malgaches : Des piliers sous-estimés

Publié le 06 octobre 2022

Les enseignants malgaches sont les employés les plus négligés de l’île. Lors de la célébration de la journée mondiale des enseignants hier au kianja ny Kanto à Mahamasina, ces derniers n’ont pas hésité à évoquer leurs ressentiments. En ce moment, des enseignants en primaire dans les écoles publiques en zone reculée comme Bekily, Ikongo, Maroantsetra, etc… gagnent moins de 50.000ar par mois. Et encore, ils ne les perçoivent pas tous les mois. Dès fois, il faut attendre plusieurs mois et menacer de faire des grèves avant que l’Etat ne songe à envoyer les salaires.

Les enseignants FRAM ne bénéficient d’aucune assurance maladie. Pourtant, on travaille toujours avec de la craie à Madagascar, une raison éventuelle pour développer un cancer du poumon. Les enseignants FRAM perçoivent moins d’argent que les étudiants boursiers des universités.

Le régime actuel oublie complètement l’enseignement. Ils ont construit des bâtiments vides en guise d’école. Ces bâtiments pourrissent au soleil et sous la pluie. Le régime a oublié qu’il fallait des enseignants pour enseigner et des élèves qui apprennent pour qu’on puisse appeler écoles, ces bâtiments. Le propre de ce régime est de construire du contenant sans contenu comme des hôpitaux sans médecins, des stades sans athlètes et des écoles sans enseignants. Et ces infrastructures finissent par pourrir.

Rappelons quand-même aux responsables de ce régime que les enseignants figurent parmi les piliers d’un pays. Ce sont eux qui forgent les futurs dirigeants. Si on continue à les négliger, Madagascar va finir par être dirigé par des incultes… et cela commence déjà.

T. Berado

Lire aussi