La Gazette de la grande ile

Détenu libéré : Refus de sortir de prison

Publié le 06 octobre 2022

Du jamais  vu dans le milieu judiciaire où l’on a déjà tout  vu. Il y avait cette rocambolesque  évasion  d’Houcine  Arfa  et les  contours procéduriers retentissants de l’ARAFAGATE lui ont valu le  titre  de « l’homme qui  fait trembler le  régime » La suite réservée au  dossier mérite  d’être  inscrite dans les annales de l’histoire  de la  Justice de  ce pays. Une ministre  de la  Justice en personne  et une Procureure  de la République, des hauts fonctionnaires et des personnalités  de l’entourage de l’ancien président  Hery Rajaonarimampianina, sont  sérieusement  éclaboussées par cette affaire. Aucune d’elles ne séjourne en prison.  La magie du corporatisme et les  miracles de la partialité aidant, l’affaire doit  être  à l’heure actuelle  sûrement enterrée dans les oubliettes  réservées  aux  dossiers pourris.  Et plus personne n’en parle.

Cette fois-ci, il s’agit de l’incroyable mais véridique histoire d’un  certain A….. (délibérément, nous  avons  décidé  de taire  son nom pour lui éviter les  ennuis  des représailles de la part  de complices malintentionnés). Accusé à tort d’être mêlé à des  affaires  de  trafics  de lingots d’or, il a  été  arrêté  avec deux autres personnes. Une fois  en prison, on ne sait qui  exactement exige le paiement  d’une très forte somme contre la libération  du  trio qui est convaincu  de son innocence. Etant donné les  dures  conditions  de la  détention et le  désarroi  de leur  famille A…..accepte malgré lui de  céder au chantage ignoble et paie ladite   somme. Miracle mon frère ! Le nommé est avisé officiellement qu’il obtient « une liberté provisoire ». Mais  en apprenant que les  deux autres personnes  H…….et S…… restent détenus, A…. refuse absolument  de  sortir  de prison tant que les  deux autres ne sont pas libérés. Encore un scandale en perspective, sauf si l’éteignoir n’est pas déjà passé pour inviter tout le monde à se taire… Sinon !

Fait qui agite actuellement l’opinion : la facilité  avec laquelle Stéphane Kamis (trafiquant notoire) et sa bande ont pu  sortir de prison alors qu’en principe, même libérés (sauf  erreur  de notre part) suspectés  de  trafics  de lingots  d’or, ils auraient dû être « détenus pour une autre cause. » Au fait, sont-ils  toujours sur le territoire de Madagascar ? Voilà une importante  question à laquelle François  Rakotozafy doit répondre. Sinon « RAKOTOZAFY IHANY NO ALEXIS » reste et demeure toujours la blague préférée de tous les justiciables aigris et déçus par ce qu’ils croyaient être la bonne  administration  de la  Justice dans leur propre pays…  Des délinquants sont impliqués  dans des  graves  affaires de trafics  divers. Des ministres et leurs proches  collaborateurs s’arrangent  avec des prestataires mouillés dans  des livraisons  fictives de  carburants ou des travaux de mise  en place des  NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) pratiquement inachevés. Des  factures de  conventions  et  d’avenants  de complaisances ont  été payées  en  totalité à partir  des budgets  de l’Etat à la  hauteur de plusieurs  centaines  de milliards d’Ariary.  Il existe  des  dossiers judiciaires  sur ces pratiques  punissables par nos lois sur lesquels des juges ne daignent même pas jeter un  coup  d’œil  curieux…

N. Razafilahy

Lire aussi