La Gazette de la grande ile

Appauvrissement de la population : Intentionnel par le régime de notre Champion

Publié le 24 novembre 2022

Les Malgaches sont devenus des orphelins sans défense volés par leurs propres dirigeants qui sont si insatiables, égoïstes et marionnettes des étrangers ! Nous vivons ce que nous n’avons jamais vécu en 60 ans et la pauvreté est extrême (financière, matérielle et intellectuelle). En effet, la population n’a jamais été aussi pauvre et endettée de toute sa vie (+ de 81% de la population).

Le jeune et ambitieux Mamimbahoaka a promis un changement et il l’a fait à grande vitesse. Si l’on se place dans le domaine du « paraître » qui est priorisé par le président Andry Rajoelina, alors tous les projets promis devront et seront réalisés coûte que coûte. Mais dans le domaine de « l’être », les problèmes liés à la pauvreté extrême de la population qui devraient être résolus ne sont pas la priorité.

En plus de leur indifférence, on se rapproche de plus en plus de la dictature, d’une pensée unique loin de la démocratie, où la corruption, la mauvaise gouvernance et l’insécurité règnent à tous les niveaux.

Si on suit la logique du Petit Timonier depuis 2009, alors on comprend vite. Appauvrir la population lui donne l’opportunité de se faire réélire pour sa propre succession. En effet, c’est la grande majorité de la population qui est pauvre, et abrutie depuis sa présidence. Et c’est cette majorité qui représente également la majeure partie de l’électorat. En bon prometteur et démagogue, il promettra ciel et terre, le développement et la majorité le croira. Parce qu’il a les moyens ou sera financé par on ne sait qui, il présentera sa candidature. Un privilège réservé aux riches, car ceux qui n’ont pas d’argent ne peuvent rien promettre. Une richesse matérielle et financière malheureusement, mais rien dans le coco (intellectuellement).

D’un côté, la majorité appauvrie intentionnellement va voter pour celui qui déboursera le plus d’argent. Distribution d’argent, de t-shirts, de paréos, etc. il y aura. Les pauvres veulent juste manger et survivre, et on le croira. Des spectacles, des werawera, les visites des régions seront au rendez-vous. Des distributions de machin tsinjo ou fameno pour qu’ils puissent finir le dépouillement à grande vitesse entre camarades de la Grande Ile.

De l’autre côté, ceux qui sont dans l’intelligentsia partiront à l’étranger là où ils seront valorisés, là où ils pensent avoir droit à une vie meilleure.

Bon menteur, bon vendeur. Le maître de la fantasmagorie et la démagogie gagnera.

 

F. Ntsoa

Lire aussi