La Gazette de la grande ile

Inflation : aucun espoir d’amélioration

Publié le 24 novembre 2022

Les prix à la consommation ne cessent d’augmenter à l’heure actuelle sans aucun espoir d’amélioration en vue. La prévision du Fonds Monétaire International (FMI) s’est réalisée plus tôt que prévu, vu que le taux d’inflation a atteint les 9,7% en septembre 2022, selon la Banque Centrale de Madagascar. Si les autorités ont indiqué dans la loi de finances rectificative 2022 un taux d’inflation de 9,2% à la fin de 2022, le Fonds Monétaire International a quant à lui, prévu une inflation plus importante atteignant les 9,8% pour 2022. C’est la prévision du FMI qui s’est avérée exacte vu la situation actuelle où la hausse des prix à la consommation a un impact considérable sur le quotidien de la population. En effet, la majorité de la population malgache adopte aujourd’hui la technique de restriction pour l’unique raison que c’est là le seul moyen de survivre dans un contexte où l’inflation pèse lourd alors que le pouvoir d’achat est assez maigre.

Le pire est que la tendance ne tend pas à s’améliorer dans la mesure où l’Etat prévoit d’augmenter la taxe sur les valeurs ajoutées (TVA) sur la vente de super carburant et de gasoil. Cela n’est pourtant pas sans conséquence, car avec cela va s’ensuivre la hausse des prix du carburant. Nous l’avons d’ailleurs écrit hier. Article intégrale vers ce lien : http://www.lagazette-dgi.com/?p=86792.

Une hausse des prix des carburants n’est pas des plus agréables pour la population malgache qui a déjà du mal à joindre les deux bouts dans le contexte actuel. Avec ce que l’Etat prévoit de faire, la population malgache n’est pas arrivée au bout de ses peines par rapport à l’inflation. Il n’est point nécessaire de spécifier qu’une hausse des prix des carburants entraînera un effet domino irréversible auquel aucun secteur ne va échapper. Déjà que le prix à la consommation est assez élevé alors que le prix du kilo de riz qui se trouve être l’aliment de base des Malgaches, atteint les 3 000 ariary. Vu la situation qui prévaut, la population malgache ne va plus avoir que la peau sur les os en raison du fait qu’elle va devoir se restreindre un peu plus.

Décidément, tout est à la hausse à Madagascar, car mis à part les prix à la consommation, il y a aussi l’augmentation significative de l’Impôt Foncier sur le Propriété Bâtie (IFPB) qui fait jaser plus d’un propriétaire.

Pour ce qui est des prix à la consommation qui ne cessent d’augmenter, l’Etat continue d’importer du riz massivement dans le but de freiner la tendance haussière. Le problème est que ladite stratégie n’a aucun impact sur le prix du riz local qui continue son ascension. Certains commerçants tentent de faire des profits de manière pas très nette, vu que certains mélangent le riz importé avec le riz local pour se faire plus de bénéfices. La direction régionale de l’Industrie du commerce et de la consommation (DRICC) de Boeny a d’ailleurs indiqué dernièrement avoir reçu des plaintes par rapport à cela.

Jean Riana

Lire aussi