La Gazette de la grande ile

Relation de nos dirigeants avec la Grande Ile

Publié le 24 novembre 2022

Au vu et au su du monde entier, ainsi que de leurs pauvres concitoyens ; nos autorités dirigeantes se sont spontanément enrichies au fil des années. Avec leurs familles, camarades et partenaires, ils sont devenus millionnaires ou multimilliardaires. Si on vient à leur demander l’origine de leurs richesses, nombreux sont ceux qui croupiront en tôle. En bande bien organisée, ils se couvrent et abusent en toute impunité de leur titre et du pouvoir que la population leur a donné.

Entre eux, entre amis, ils se protègent. Si quelque chose arrive à l’un des leurs, et cela, même si ce n’est que de la poudre aux yeux (http://www.lagazette-dgi.com/?p=86142) les condamnations pleuvent ; mais si cela concerne la population, c’est l’indifférence totale (http://www.lagazette-dgi.com/?p=86671).

Ils ont plusieurs nationalités, en plus de leurs immunités. Être Malgache est juste un titre pour eux et la majorité vit à l’étranger. Ils viennent au pays pour affaire ou pour les vacances.

Pas possible qu’ils voient notre pauvreté dans leur voiture à vitres fumées, blindée et leurs gardes du corps.

Les routes en mauvais état ? Ras-le-bol pour nous qui voyageons en taxi-brousse, ils ne peuvent pas les voir à bord des avions.

Parler des inégalités, de l’insécurité, des viols et abus sur mineur ? Leur mode de vie n’est pas le nôtre. Notre pauvreté et notre réalité, ce ne sont pas les leurs et elles ne les concernent pas.

La famille présidentielle Rajoelina montre très bien l’exemple avec les enfants qui sont éduqués et qui vivent à l’étranger. Pour des réunions ou des évènements Mamimbahoaka et sa femme sont là et viennent nous rendre visite, mais la majeure partie du temps, ils sont à l’étranger (http://www.lagazette-dgi.com/?p=86628)

Voilà la confiance en notre système éducatif, en notre pays. Ailleurs, il y a mieux ; chez nous, il n’y a plus rien pour eux si ce n’est que pour finir de tout dépouiller pour le vendre au plus offrant. Le Madagascar qu’ils connaissent et celui d’un dessin animé d’une boîte de production étrangère où il y a des girafes, des rhinocéros, mais pas des lémuriens (microcèbes, sifaka,etc.), des baobabs, des fosa, etc.

La Gazette

Lire aussi