La Gazette de la grande ile

Opération Carte d’Identité Nationale : Rien que du Business

Publié le 25 novembre 2022

L’opération jugement supplétif d’acte de naissance et de la Carte d’Identité Nationale (CIN) sur l’ensemble de la Grande Ile a commencé le 01 septembre 2022 dernier, d’après la décision au Conseil des ministres du mercredi 24 août 2022. Tous les fokontany à Madagascar sont concernés par cette opération, en ville et à la campagne.

Pour le gouvernement, le but de cette opération juste avant la fin du mandat de Mamimbahoaka est clair : celui d’assurer l’élection présidentielle de 2023. Chacun a son propre but dans la vie : celui de Mamimbahoaka, de gagner encore la prochaine élection, et pour les autres, de gagner de l’argent. Le ministre de l’intérieur, Justin Tokely a souligné lors de ses déplacements dans les régions Bongolava et Vakinankaratra au mois d’août dernier, que les actes de naissance et les Cartes d’identités nationales (CIN) seront délivrés gratuitement aux personnes qui n’en disposent pas encore, mais maintenant, ce n’est pas le cas dans certains fokontany, commune ou préfecture. En effet, des responsables au sein de ces entités demandent de l’argent aux gens pour l’obtention de ces papiers.

Ce fut le cas dans la sous-préfecture de la province de Toliara. Toute personne ayant besoin d’une carte d’identité nationale doit payer dix mille (10.000) ariary. Monsieur Christian, un vendeur qui vient de Toliara en est l’une des victimes. Il n’a jamais eu de carte d’identité nationale et il profite de cette opération de jugement supplétif pour s’en faire délivrer une, mais on lui a demandé dix mille (10.000) ariary. Normalement, seul le duplicata n’est pas concerné par ce jugement supplétif, mais cette victime a affirmé que toutes les personnes intéressées par cette délivrance de carte d’identité nationale, doivent payer cette somme d’argent. Il n’y a pour cela aucune exception, même si la personne n’a jamais eu une CIN ou si elle veut faire un duplicata. Dans cette sous-préfecture de Toliara, pas moins de 50 personnes en une journée, viennent pour faire une carte d’identité nationale et payent ces 10.000 ariary.

L’on a aussi constaté des numéros identiques pour ces CIN. Cinq personnes différentes ont le même numéro sur leurs cartes d’identité, remarquent les habitants dans cette préfecture. Cela veut dire que l’Etat malagasy n’assume pas du tout sa responsabilité dans cette opération de jugement supplétif d’actes de naissance, et de Carte d’Identité Nationale. L’essentiel pour lui c’est que tous les citoyens de plus de dix-huit (18) ans aient une carte d’identité nationale et soient inscrits dans la liste électorale. Depuis le début, tout le monde est conscient que cet agissement va renforcer l’existence des doublons et des triplons durant l’élection présidentielle de 2023.

Tout le monde veut ainsi tirer avantage de cette opération de jugement supplétif d’actes de naissance et de cartes d’identité nationale. Ce qui compte dans ce pays, c’est l’argent et le pouvoir. Les gens vivent dans la précarité en raison de la cherté de la vie, et il y a toujours ceux qui veulent se faire de l’argent facilement en arnaquant les gens. Et dire que cette opération est gratuite et ne requiert pas le paiement de 10.000 ariary. En plus, personne ne prend sa responsabilité pour dénoncer ces actes perfides, même si c’est injuste, et les mauvaises personnes continuent toujours de commettre leurs méfaits.

F. Sohnya

Lire aussi