La Gazette de la grande ile

Tolérance zéro

Publié le 25 novembre 2022

«Tolérance zéro » est une expression de ce régime, tolérance zéro quant à la corruption. Soit l’expression est adoptée sans que les dirigeants sachent exactement ce que cela signifie, soit l’expression était utilisée pour faire croire que la lutte contre la corruption est réellement un objectif du régime. La réalité est toute autre. Lanto Rakotomanga, que l’on ne veut pas affubler du titre d’honorable car elle ne l’est pas, a démontré clairement qu’elle est au-dessus des lois et que la tolérance zéro, elle s’assoit dessus. Pire, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a rajouté une couche en utilisant comme elle aime le faire, les versets bibliques pour justifier la violation de la loi par un parlementaire. Pour Christine Razanamahasoa, ce qu’a fait Lanto Rakotomanga est toléré, c’est peut-être cela la compréhension par la présidente de l’Assemblée nationale de ce qu’est la tolérance zéro.

De l’or qui se transforme en tas de ferraille dans le coffre d’un ministère, on en parle quelques jours et ça semble tomber dans l’oubli pour beaucoup. C’est cela peut-être la tolérance zéro pour ce régime : faire semblant d’oublier, attendre que ça se tasse, attendre que plus personne n’en parle et finalement, on tolère.

La lutte contre la corruption, le régime d’Andry Rajoelina a annoncé dès le début qu’il va en faire une priorité avec la tolérance zéro de la corruption. Rien que ces quelques exemples prouvent qu’en réalité, la tolérance zéro n’est qu’une annonce, mais il n’y a aucune volonté de lutter réellement contre la corruption. Mieux, ce régime se complaît dans la corruption, la présidente de l’Assemblée nationale a annoncé elle-même que celui qui n’a pas péché jette la première pierre. Aussi, la fameuse tolérance zéro au final, signifie plutôt que la corruption est tolérée et conséquence, c’est vis-à-vis de ceux qui dénoncent que la tolérance sera zéro. Doit-on s’étonner alors que des détenteurs de pouvoir ne répondent pas aux convocations du Bianco puisque la tolérance zéro concerne en réalité ceux qui dénoncent ? L’idée de ce régime du sucré du peuple serait-elle tolérance à la corruption et tolérance zéro donc intolérance quant à ceux qui dénoncent ?

La Rédaction

Lire aussi