La Gazette de la grande ile

Prostitution en ligne : Un phénomène non-maîtrisable

Publié le 26 novembre 2022

La pauvreté est l’un des facteurs qui favorise la prostitution à Madagascar. La misère conduit ainsi les jeunes filles malgaches à avoir des activités informelles grâce auxquelles ils estiment survivre. Il y a une nouvelle forme de prostitution aujourd’hui, mais ce n’est plus la même chose qu’il y a une vingtaine d’années, face à la technologie. Cette prostitution via le réseau Facebook est la plus florissante et non-maîtrisable aujourd’hui, mais il y a aussi d’autres formes qui prennent de l’ampleur. Même des étudiants se lancent à se prostituer via le réseau social Facebook pour trouver des clients et leur proposent de prendre en charge leurs études et autres. Des jeunes issus des lycées publics à la recherche de clients ont un réseau de prostitution et lorsqu’ils trouvent un homme, le lieu de rencontre se fait soit dans un bar, soit dans une boîte de nuit. Ce nouveau phénomène impliquant les jeunes lycéens malgaches est déjà une forme de “proxénétisme”, mais les parents et les autorités qui en sont directement concernés n’en ont pas encore conscience. De nombreuses jeunes femmes sont plongées dans cette prostitution moderne, et si le gouvernement ne prend pas leur responsabilité, la jeunesse d’aujourd’hui sera complètement perdue. Bien que les charges familiales soient de plus en plus pesantes chaque jour, la pratique n’exclut pas les hommes et femmes. Les hommes aussi sont de plus en plus nombreux à se prostituer.

L’éducation des jeunes malgaches s’avère primordiale et devrait être un programme incontournable du gouvernement. Sinon la jeunesse malgache fait face à un réel danger. Les groupes à caractère sexuel dans les réseaux sociaux restent opérationnels et la plupart ne font jamais l’objet d’une quelconque poursuite judiciaire, malgré les lois existantes qui régissent l’utilisation en général de Facebook en particulier. Un projet visant à les aider et surtout à les remettre dans le droit chemin s’avère nécessaire si on veut vraiment combattre la pauvreté. A titre de rappel, la gendarmerie nationale a démantelé un réseau exploitant les femmes malgaches cette semaine. Un site pornographique dénommée « COOMEET ». Divers matériels sexuels, un appareil photo, sept ordinateurs et un passeport ont été retrouvés à Ambohidrapeto – Itaosy dans la maison d’une dame.  Plusieurs filles étaient employées à la prostitution sur “internet”.  Les filles sont invitées à accomplir des actes sexuels, jusqu’à ce que la volonté des clients étrangers soit satisfaite. Le prix est de 200 000 Ariary par production. Si les femmes exploitées sont à 70 000 ariary par “prestation”, les 130 000 Ariary restant reviennent à la dame.

Nina

Lire aussi