La Gazette de la grande ile

Evaluation au sein de la Jirama : Rien que des foutaises

Publié le 28 novembre 2022

Les résultats des évaluations des responsables au sein de la Jirama ont été rendus publics vendredi dernier où 14 responsables sur 48 seront remplacés pour être réaffectés à d’autres responsabilités. L’évaluation en question ne s’est avérée  que foutaises, vu que nombreux sont ceux qui s’attendaient à des limogeages directs et non à des réaffectations. Quoi qu’il en soit, lesdites évaluations ne devraient même pas avoir eu lieu, vu que la société Jirama n’a aucune raison d’être à l’heure actuelle. L’Etat ne devrait plus perdre son temps à vouloir redresser une société qui n’est bonne qu’à accumuler les dettes. En effet, la compagnie nationale d`électricité et eau de Madagascar est la meilleure pour ce qui est d’accumuler les dettes. La preuve est qu’elle se place en tête de liste des entreprises à participation de l’Etat les plus endettées avec 3 317 milliards de passif (Registre des passifs du Ministère de l’économie et des finances, situation au mois d’avril 2022).

Pour ce qui est de la pseudo-évaluation au sein de la Jirama, celle du directeur général par intérim, Rivo Radanielina est encore en attente, vu que celui-ci semblerait-il, est encore souffrant.  A rappeler qu’il avait déjà tenté de quitter le pays en catimini vu qu’il n’a pas l’esprit tranquille. Cette tentative de fuite en dit long sur son intégrité. Pourquoi donc essayer de fuir si l’on n’a rien à se reprocher ? La population malgache a mal et c’est ce qu’a spécifié le Président du Conseil d’administration (PCA), Solo Andriamanampisoa lors de la restitution des évaluations vendredi dernier à Avaradoha. De ce fait, on ne peut pas se permettre d’attendre un malade. Seulement, c’est toute la Société Jirama qui est malade avec ses services qui, au lieu de s’améliorer, empirent de jour en jour.

La population malgache en a plus que marre de vivre sans arrêt des coupures d’électricité et d’eau qu’il est plus que temps de trouver des solutions, quitte à aller jusqu’à la privatisation. Vu la situation actuelle où la société Jirama n’est plus capable d’offrir ne serait-ce que des services plus ou moins acceptables à la population malgache, la privatisation se trouve être la meilleure solution. Par ailleurs, La Gazette de la Grande Ile a maintes fois avancé cette idée sans que cela n’ait été pris en compte par les dirigeants, aveuglés par leur fierté mal placée.

A Madagascar, ceux qui ont été évalués incompétents sont juste affectés à d’autres responsabilités. Eh oui, c’est le mode opératoire habituel dans la Grande Ile, à l’exemple de Tinoka Roberto qui a déjà été affecté à la tête de divers ministères notamment le Ministère de la jeunesse et sport ou le Ministère des transports et de la météorologie. Il y a aussi le cas de Richard Randriamandranto qui a occupé le poste de Ministre de l’économie et des finances, puis affecté au ministère des affaires étrangères. L’Etat adopte la même stratégie au sein de la Jirama où les incompétents sont remplacés pour être réaffectés à d’autres responsabilités. Il est clair que cette stratégie ne marche pas sinon, on aurait perçu des changements positifs au niveau de la gouvernance à Madagascar.

Andry J

Lire aussi