La Gazette de la grande ile

Communauté internationale : Fausse innocence

Publié le 30 novembre 2022

Il y a une justice pour Transparency International et une autre pour 28 millions de Malgaches. Ce fait est acquis avec le report sine die du déferrement des dirigeants sociaux de la filiale malgache de Transparency International. A Madagascar, un voleur de poule encourt une peine d’emprisonnement tandis que Transparency International Initiative Madagascar (TI-MG) a le droit de détruire des filières et des secteurs d’activité à travers des dénonciations abusives et de salir qui bon lui semble sur les réseaux sociaux, tout en étant inattaquable en justice. Au prétexte qu’elle s’est autoproclamée lanceur d’alerte, TI-MG est au-dessus des lois malgaches et bénéficie d’une immunité inscrite nulle part, mais ordonnée par les puissances occidentales. La France et les États-Unis se font les chantres des droits de l’homme et de la liberté d’expression mais ces deux pays n’ont pas la culotte propre. En France, Dieudonné a été maintes fois condamné par la justice pour ses prétendus propos antisémites. Pourtant, cet humoriste ne fait qu’exprimer ses opinions sur Israël, le racisme contre les Noirs et le massacre des Amérindiens. Aux Etats-Unis, la liberté d’expression est protégée par le Premier Amendement de la Constitution. Cependant, cela n’empêche pas les autorités américaines de harceler les informaticiens et lanceurs d’alerte Edward Snowden et Julian Assange qui ont révélé des faits choquants. Le premier risque 30 ans de prison. Le second encourt 175 ans. En vérité, les pays occidentaux protègent ou, au contraire, poursuivent les lanceurs d’alertes au gré de leurs intérêts. Avec la même fausse innocence, Transparency International suit le même chemin.

M. GASPARD

Lire aussi