La Gazette de la grande ile

Recherche de développement : L’Etat incapable

Publié le 01 décembre 2022

Madagascar entend aller dans le sens du développement, mais n’arrive pas à faire ne serait-ce qu’un pas dans ce sens. Il faut dire que les dirigeants n’ont ni les moyens, ni la capacité de mener le pays vers le développement. Le fait que les dirigeants passent leurs temps à quémander de l’aide internationale met en évidence le fait que la Grande Ile manque cruellement de moyen. Le plus triste vient du fait que Madagascar a beau recevoir une multitude d’aides, aucun signe de développement n’est toujours pas en vue. Cela montre que les dirigeants qui se sont succédés au pouvoir sont tous des incompétents. Il faut dire que Madagascar est incapable de prendre la route principale pour atteindre le développement ou plutôt que les dirigeants sont incapables de remettre le pays sur les rails.

Les dirigeants savent quelle route prendre, mais ils sont incapables de faire en sorte que la Grande Ile prenne cette route. Alors qu’ils savent pertinemment et ce en le répétant sans cesse, que Madagascar doit passer par l’industrialisation pour pouvoir émerger. Pourtant, les dirigeants ne sont même pas capables de résoudre le problème énergétique qui prévaut dans le pays. La Première Dame a trompé la population malgache en initiant le projet éthanol sans pour autant penser à le promouvoir. Les dirigeants savent également que la lutte contre la corruption doit être renforcée pour espérer aller vers l’émergence. Cependant, la corruption, au lieu de s’atténuer, est devenue une pratique habituelle au sein de la société.

Selon un rapport publié dernièrement par la Banque Africaine de Développement (BAD), l’Union Africaine (UA) et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), le continent africain deviendra la prochaine frontière mondiale du développement. Madagascar est exclu par rapport à cela vu que le pays ne dispose même pas d’énergie pour espérer aller dans le sens de l’industrialisation. Les dirigeants eux-mêmes se sont résignés en annonçant que le problème du délestage ne sera réglé qu’en 2027. Comme ils ne sont pas capables d’apporter des solutions à court terme, ils visent sur le long terme afin d’essayer d’apaiser le public. Il faut dire que les coupures d’électricité et d’eau qui n’en finissent pas, n’enchantent personne.

Ces derniers temps, on a enregistré des multitudes de manifestations des abonnés de la compagnie nationale d’électricité et eau de Madagascar (Jirama) pour montrer leur ras-le-bol vis-à-vis des coupures incessantes. A l’exemple des habitants d’Alakamisy Fenoarivo et Itasy qui sont sortis de leur gonds dernièrement en raison des longues coupures qui affectent leur vie quotidienne. Le pire est que le délestage n’est pas prêt de se résoudre de sitôt. Autrement dit, la population malgache devra prendre son mal en patience vu que la solution du délestage ne sera pas encore pour demain.

La Grande Ile sait quelle route prendre pour aller vers le développement. Le problème est qu’elle est incapable de la prendre. Il n’y a qu’à voir les dirigeants abandonner l’idée de réussir à améliorer un jour l’approvisionnement en électricité à Madagascar pour en avoir la preuve. Ce n’est pas pour rien si les dirigeants ont incité les opérateurs économiques à être autonomes en matière énergétique.

Jean Riana

Lire aussi