La Gazette de la grande ile

Secteur santé : besoin de soutien sur tous les plans

Publié le 01 décembre 2022

« Le soutien du secteur santé touche tous les plans : gestion, personnel, infrastructures, soins et médicaments. Tous ces points accusent une lacune. C’est la raison pour laquelle des appuis techniques et investissements sont nécessaires », affirme Clyde Rabehanta, responsable auprès de l’Action Contre la Faim, hier lors d’un atelier qui entre dans le cadre de renforcement du système de santé développé par l’ONG Action Contre la Faim.

Il va sans dire que le système de santé malgache est précaire. Il est de ce fait plus que logique que le secteur fasse partie des priorités de l’Etat. En effet, la santé est le Velirano n°5 inscrit dans la politique générale de l’Etat (PGE). Parmi les axes prioritaires du Champion, on peut citer la dotation en matériels « adéquats » et « modernes ». La politique générale de l’Etat parle aussi de l’augmentation du budget alloué à la santé publique, la mise aux normes et l’équipement des hôpitaux et centres de soin, l’envoi « immédiat » de camions d’unité mobile de soins dans les zones reculées ainsi que la prise en charge des soins de quelques catégories bien précises de personnes.

Quatre années se sont écoulées. Mais outre la construction d’hôpitaux « manara-penitra », aucune action concrète ne va dans le sens de l’amélioration du système de santé. Et la construction de nouvelles infrastructures respectant les normes est encore à discuter. En effet, à quoi bon avoir un hôpital flambant neuf si l’on n’a même pas des médecins et un personnel suffisant pour y travailler ? Dans les hôpitaux publics, le sous-effectif est le mot d’ordre. On sait que les paramédicaux sont en nombre insuffisant. « […] le nombre de volontaires dans le domaine de la santé est nettement supérieur au nombre d’agents de santé en fonction […] » (http://www.lagazette-dgi.com/?p=52505).

On peut reprocher bien évidemment aussi le manque de médicaments, voire des détournements au sein des centres de santé. Notre journal a martelé des faits de détournements de médicaments contre le coronavirus en 2020 et 2021 sans qu’aucun responsable n’ait été sanctionné par le ministère de tutelle, celui de la Santé publique. Quant au manque, très peu de catégories de médicaments gratuits ou à moindre coût sont disponibles auprès des centres de santé de base. Si la distribution gratuite de médicaments est instaurée auprès de quelques centres de santé, ces derniers se plaignent du non-remboursement du ministère à travers l’unité de coordination des projets (UCP), au détriment des centres.

Insalubrité de l’enceinte, des chambres et des toilettes ; personnel arrogant et hautain ; manque de médicaments… La liste est longue. Beaucoup reste à faire pour améliorer le secteur santé à Madagascar. C’est dans cette optique que l’ONG Action Contre la Faim a procédé à l’élaboration d’un plan d’action pluriannuel qui se basera sur les réels besoins auprès des centres de santé dans le district sanitaire de Tana Ville. Aussi, 23 centres de santé de base devraient bénéficier d’un appui technique et financier du projet.

Aina P.

Lire aussi