La Gazette de la grande ile

Sécurité sociale : En-dessous de la norme à Madagascar

Publié le 01 décembre 2022

La sécurité sociale est clairement présentée dans les conventions de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et les instruments de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) comme un droit fondamental de l’être humain, bien qu’une petite proportion seulement des habitants du monde en bénéficient effectivement. Définie de manière générale comme un système assurant une protection pour la santé, les pensions et le chômage, basée sur des cotisations, de même que des prestations sociales financées par l’impôt, la Sécurité sociale représente aujourd’hui un défi universel pour un monde en voie de globalisation.

1 154 613 ménages sur l’ensemble de Madagascar, soit seulement 5% de la population sur plus 28 millions d’habitants, bénéficieront du projet social financé par la Banque mondiale pour l’année 2023, une déclaration de la ministre de l’Economie et des Finances, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, au Sénat le 29 novembre. 25% des dépenses seront couvertes par le secteur social dans le projet de loi 2023. La déconcentration budgétaire apparaît faible et pourtant la réponse à la protection sociale nécessite un engagement de proximité au niveau des régions. L’analyse de la part des dotations allouées aux structures déconcentrées du Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme n’indique pas une évolution claire en faveur de la déconcentration. Dans les pays à revenu intermédiaire, la sécurité sociale couvre entre 20% et 60% de la population. Dans la plupart des pays industrialisés, la couverture est proche de 100%, bien que la nature toujours plus informelle du travail entraîne une diminution du niveau de couverture, notamment dans les pays en transition économique. La sécurité sociale à Madagascar est donc en-dessous des normes. Aucun effort n’est entrepris par le gouvernement.

Le cadre politique de la protection sociale est bien défini à travers la Politique et la Stratégie Nationale de Protection Sociale, mais son opérationnalisation n’est pas encore complètement effective. La coordination effective des actions de protection sociale demeure également un défi. La protection sociale apparaît très clairement sous financée malgré les défis auxquels Madagascar se trouve confronté en la matière. La tendance à la hausse enregistrée entre 2015 et 2017 a fait place à une évolution à la baisse entre 2017 et 2020. La part du budget de l’État consacrée à la protection sociale est restée très faible et a même reculé, en passant de 0,25% en 2015 à 0,21% en 2020. Le total des dépenses liées à la protection sociale (y compris les filets sociaux) pour Madagascar ne dépasse guère 0,04 % du PIB alors que la part du PIB consacrée uniquement aux dépenses relatives aux filets sociaux dans des pays comparables à Madagascar est estimée à 1,5% du PIB.

Nandrianina

Lire aussi