La Gazette de la grande ile

Autoroute Tana-Toamasina : une bonne blague de l’Etat

Publié le 01 décembre 2022

D’après le ministère des Travaux publics, s’il n’y a pas de changement, la pose de première pierre pour la construction de l’autoroute reliant Antananarivo à Toamasina se tiendra le samedi 3 décembre dans la commune de Talata Volonondry. Le contrat entre l’entreprise chargée de la construction et le gouvernement malgache a été signé le 3 novembre dernier. La société égyptienne « SAMCRETE » réalisera la construction de cette autoroute longue de 265 km. L’ensemble des travaux durera 4 ans et 80km sur les 260km d’autoroute devront être achevés avant la fin de l’année 2023.La réalisation de l’autoroute Tana-Toamasina n’est qu’une bonne blague de l’Etat. L’étude d’impact socioéconomique de cette infrastructure s’avère difficile avec les expropriations prévues. Ici, on va procéder à une première pose de pierre, mais comme à l’accoutumée, les travaux vont traîner voire même rester sans suite. Pour rappel, la construction de la rocade avait pris presque quatre ans pour seulement 10 km. La route vers Ambohitrimanjaka n’est toujours pas achevée à cause des problèmes sociaux.  Un rituel traditionnel de demande de bénédiction a été réalisé à Ambolo, commune de Talata Volonondry dans le cadre du démarrage des travaux de construction de l’autoroute Antananarivo-Toamasina qui mesure 260km. Cette cérémonie a vu la présence du Gouverneur de la région Analamanga, du maire de Talata Volonondry et des raiamandreny locaux, ainsi que des représentants du ministère des Travaux publics. Un zébu a été offert en guise de “nofon-kena mitam-pihavanana”. Pour les autorités, il s’agit d’un véritable catalyseur pour le développement économique du pays. Plusieurs impacts positifs sur l’économique sont attendus avec la mise en place de cette artère reliant le “cœur battant” de la Grande île qu’est Antananarivo au poumon économique du pays, la ville du Grand Port, Toamasina. La mise en avant dudit projet n’est qu’une précampagne avant 2023, puis plus aucune suite après. Donc d’ici quatre ans, le peuple malgache se contentera de routes nationales plus que dégradées ! Sans parler des routes, rues et ruelles dans la capitale et autres villes ! Quelle grande blague !

Nina

Lire aussi