La Gazette de la grande ile

Un régime unilatéral et une opposition faible

Publié le 03 décembre 2022

La manière de faire de la politique chez nous demeure un sujet de débat, et cela n’a fait jusque-là que détériorer la vie de la nation et de son peuple. Depuis des années, les dirigeants effectuent ce qu’ils pensent être le mieux pour le pays, et c’est normal parce que chacun a sa méthode. Des régimes se sont succédé et tous ont fonctionné presque unilatéralement, ceux qui sont assis au pouvoir ne font qu’à leur tête et ont presque écouté la voix de l’opposition. Madagascar vit depuis son indépendance dans un régime républicain et démocratique, un régime qui doit mettre en valeur la liberté d’expression, donc il doit y exister une forme d’opposition et c’est écrit même dans notre Constitution qu’il doit y avoir un chef de l’opposition officiel. Une autre matière à discussion parce que beaucoup de ces opposants veulent cette place parce que c’est un poste à avantages comme tout siège au niveau de l’Etat. Jusqu’à maintenant, depuis des années, on est encore au stade de discussion sur le profil de la personne qui doit s’y siéger et la manière pour la choisir. Ce qu’on ne peut nier, c’est que la forme de l’opposition qu’il y a au pays est brute et sauvage, mais surtout impuissante. Une opposition qui ne fait que contrer ce que le régime propose et entreprend sans même penser à ce que cette décision peut impacter sur la vie de la population. D’habitude, ces opposants ne sont que des malheureux perdants des élections, c’est-à-dire des gens qui ont voulu s’asseoir sur un siège, et ce depuis des années. Et la politique est devenue comme une grande roue qui tourne où ceux d’en bas pourront un jour monter en haut et ainsi de suite. On est aussi habitué à une opposition qui  aime inciter les citoyens à descendre dans la rue pour contrer les actions du régime, c’est devenu une certaine tradition chez les opposants et ce que nous pouvons nier, cela n’a rien apporté de bien au pays. Au contraire, cette manière n’a fait que détruire le pays. Bien évidemment, il y a aussi une opposition qui fonctionne de manière plus évoluée et qui cherche vraiment à aider le peuple. Des gens qui font des critiques et avancent des idées et acclament quand il y a quelque chose de bon. Malheureusement, ils sont presque invisibles et l’opposition brute gagne de la place pendant que les dirigeants ne font qu’à leurs têtes.

Riri

Lire aussi