La Gazette de la grande ile

Mama Sôsy : Aucune leçon de valeur à donner

Publié le 06 décembre 2022

C’est la folie sur les réseaux sociaux. Samedi 3 décembre, le chanteur Big MJ a donné un concert à Toamasina. L’artiste a publié un extrait de l’ambiance sur place. Sur les images, on peut voir des femmes, en petite tenue, danser et twerker, le corps sexy contre celui du chanteur. Ce dernier a pris la liberté de baisser le short d’une de ses fans sur scène. Tout le monde a eu droit au spectacle. Une bonne partie des fesses du fan a été vu par le grand public, petits et grands.

La réplique du ministère de la Communication et de la Culture n’a pas tardé, suite au « spectacle ». Hier, un rappel à l’ordre signé par son directeur des relations publiques, a été publié. Il s’agit d’une lettre qui rappelle la politique culturelle nationale, notamment les limites à ne pas franchir en termes de respect de la valeur culturelle malgache.

Qui dit ministère de la Culture, dit ministre Lalatiana Rakotondrazafy, alias Mama Sôsy. Mais qui est Mama Sôsy pour se permettre à donner des leçons de morale ? A un certain moment, Mama Sôsy a fait la Une des journaux à cause de ses scandales sexuels. La ministre, aussi connue par sa grande gueule, a trompé son mari, Andry Andriatongarivo.

Certes, il n’y a pas à discuter. Enlever ses vêtements et montrer ses parties intimes en public est un geste obscène. « Les artistes doivent se comporter en tant que modèles pour le public », affirme Francis Razafiarison, directeur général de la culture, hier. Mais qui est Francis Razafiarison, communément connu sous son nom de scène Francis Turbo. C’est un humoriste connu pour ses blagues salées.

On peut poursuivre la liste des gens immoraux et sans valeur aux membres du gouvernement, les élus pro-régime ou encore les proches du régime. Le cocu Andry Andriatongarivo, lui par exemple, n’est pas que victime. Il frapperait sa femme et la tromperait, d’après les indiscrétions. Ses ex-copines ont également été victimes de violence. Sans oublier les abus de pouvoir, alors que monsieur n’était rien d’autre que l’époux d’une ministre.

Mais si l’on parlait de danse, le régime Mamimbahoaka qui se qualifie de jeunes est champion de l’ambiance. Le Président de la république lui-même est bien connu pour ses mouvements à se coller le corps contre celui des femmes, imitant les mêmes mouvements que Big MJ faisait avec ses fans. Mama Sôsy devrait aussi peut-être lui adresser une lettre de rappel à l’ordre. Une piqûre de rappel qui devrait être adressée à l’endroit de certains députés et sénateurs pro-régime, en l’occurrence, Naivo Raholdina, alias Betaintsofina qui refuse de payer la pension alimentaire de son fils hors mariage ou de Lanto Rakotomanga qui fait des trafics de bois précieux en toute impunité. La liste est longue, et même avec toutes les pages du journal, on n’arrivera pas faire une liste exhaustive des personnalités proches du régime qui sont tout, sauf des modèles de valeur ou de morale.

Aina P.

Lire aussi