La Gazette de la grande ile

Fête de Noël : Portefeuille maigre, consommation limitée

Publié le 06 décembre 2022

On est actuellement en pleine période de fête dans le cadre des festivités de Noël, mais l’ambiance est plutôt morose. A vrai dire, les Malgaches n’ont pas la tête à la fête vu qu’ils sont occupés à essayer de survivre face au coût de la vie qui ne cesse de se renchérir. Avec un portefeuille maigre, il faut se limiter en matière de consommation. Les temps des repas copieux dans le cadre des fêtes de Noël ne s’avère plus que des souvenirs à chérir. Il faut dire que le pouvoir d’achat des Malgaches n’évolue pas dans le même sens que le coût de la vie. On peut même dire que l’évolution du pouvoir d’achat de la population malgache et celle du coût de la vie sont diamétralement opposées.  Le temps où de nombreux foyers pouvaient s’offrir de la dinde au menu est révolu. Avec la pauvreté ambiante qui prévaut dans la Grande Ile, peu de Malgaches peuvent s’offrir le luxe d’acheter une dinde dont le prix tourne autour des 100 000 ariary et plus.

Le marché de volaille qui devrait connaître une évolution positive dans le cadre des fêtes de Noël, est pareil à celui du quotidien, spécifie Tovo, un marchand de volaille au marché d’Andravoahangy. Cela montre que les citoyens malgaches n’ont plus les moyens de festoyer dignement.

Pour pouvoir marquer les fêtes de Noël, nombreuses parmi les familles questionnées sur le sujet ont spécifié qu’ils feront juste en sorte de se démarquer du quotidien en mettant de la viande au menu. Eh oui, la majorité des citoyens malgaches ne consomment plus de la viande qu’à des jours d’occasion à savoir le week-end et les jours de fêtes. Il faut dire que le riz qui se trouve être l’aliment de base des Malgaches est assez cher à l’heure actuelle, avec le prix du kilo de riz local qui atteint les 3 000 ariary. Face à cela, le petit peuple n’a d’autres choix que se restreindre en matière de consommation. Certes, il y a les fêtes de Noël à passer, mais il faut aussi penser à demain qui n’est pas facile à accueillir en raison de la difficulté de la vie, laquelle ne tend pas à s’améliorer.

Andry J

Lire aussi