La Gazette de la grande ile

Marchands des rues : la CUA impuissante

Publié le 07 décembre 2022

Les marchands ambulants envahissent les ruelles d’Antananarivo à l’approche des fêtes de Noel et de fin d’année. Quid des opérations d’assainissement de la rue de la Commune urbaine d’Antananarivo ? Pour rappel, la CUA s’est vantée d’avoir réussi à chasser les marchands de rue de la petite vitesse à Tsaralalàna. Rien qu’une opération passagère. Ces marchands reprennent leurs activités aujourd’hui. Il n’y a pas qu’à Tsaralalàna : toute la ville est inondée de marchands ambulants à savoir Analakely, Behoririka, Anosy, etc. La CUA est tout simplement impuissante face aux marchands des rues dans la capitale. Les actions entreprises par Naina Varira, maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo sont vouées à l’échec. La lutte contre les marchands de rue demeure sans fin. Des infrastructures ont été construites pour recevoir ces commerçants illégaux, mais ils font leur tête. C’est notamment le cas du centre commercial à Behoririka qui est complètement vide. Il n’y a pas le moindre commerçant du premier jusqu’au troisième étage. Seul le rez-de-chaussée est occupé. La réalisation de ces infrastructures n’est qu’un pur gaspillage de l’argent public, signe d’un fiasco total de la Commune Urbaine d’Antananarivo dans l’assainissement des marchés de la capitale. La CUA n’a jamais pu ramener les commerçants illégaux dans le formel. Les marchés d’Anosy, dans l’enceinte de l’ancien parking du Sénat et du Coum aux 67ha, sont toujours dans l’attente de leur réception, prévu se réaliser d’ici la fin de cette année. Le bordel des marchands des rues est permis pendant de longues périodes. Et de leurs côté, les marchands légaux qui se trouvent dans le marché et qui paient de taxes sont totalement lésés.

Le clientélisme électoral n’est pas à écarter avec les élections qui approchent à grands pas. Des accords sont peut-être établis entre les deux parties. Dans l’objectif de séduire les Tananariviens à l’élection municipale, Naina Varira autorise les marchands des rues à exercer librement. Le répit n’aura été que de courte durée. Les marchands illicites sont de retour dans la rue, depuis quelques semaines. On voit des étalages des marchandises ici et là. Les éléments de la police municipale restent inactifs. Les marchands envahissent de nouveau les trottoirs de la capitale comme à Analakely, Anosy, à la Petite Vitesse, à Behoririka et en d’autres lieux, après les chasses énergiques entreprises par les agents de police et les gendarmes récemment. Le maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), Naina Varira, aurait décidé d’arrêter momentanément la chasse dans l’espoir de reprendre son poste en amadouant les marchands ambulants.

Nandrianina

Lire aussi