La Gazette de la grande ile

Ordures : la SMA pire que le Samva

Publié le 07 décembre 2022

Du temps du Service autonome de l’assainissement de la ville d’Antananarivo (Samva), la gestion des ordures de la ville des Milles était déjà problématique. Le Smva avait de nombreux soucis comme le manque de moyens pour acheter du carburant pour entretenir et faire fonctionner les camions. Les ordures s’entassaient surtout durant les derniers mois de l’année. Le Samva était sous tutelle du ministère de l’Assainissement.

Suite à son élection, le maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), soutenu par son ami le Président de la république, s’est précipité à prendre la gestion de l’assainissement de la ville, notamment la collecte des ordures. En février 2021, la promesse électorale de Naina Varira devient réalité. Quelques semaines plus tard, cette réalité devient un cauchemar. Le Samva est dissout. La Société Municipale d’Assainissement (SMA) naît.

Mai 2021, soit quelques semaines après la création de la Société Municipale d’Assainissement, les éboueurs de la SMA observent une grève. Des montagnes d’ordures se créent progressivement dans la ville d’Antananarivo. En quelques jours, tout Tana est un point noir en termes de débordement d’ordures. Cette situation a duré quelques jours avant que la collecte des ordures ne reprenne. Au cours de la même année, on observait quelques épisodes d’entassement d’ordures dans la Commune Urbaine d’Antananarivo.

L’année 2022 s’est annoncée encore pire. On a connu beaucoup plus d’épisodes de points noirs d’ordures qu’en 2021. Cela serait dû au manque de moyens de la SMA. On parle notamment de soucis financiers et matériels. Dans une interview accordée à une chaîne de radio privée de la capitale lundi dernier, le directeur général de la SMA, le colonel Andrianaivo Ravoavy Jaona explique : « La Société Municipale d’Assainissement fonctionne des subventions de la Commune Urbaine d’Antananarivo depuis le mois de mars de cette année ». « La SMA a un besoin d’une trentaine de camions si 24 sont opérationnels actuellement, dont seulement 15 appartiennent à la SMA », poursuit-il. Les neuf restants sont des prestataires de la société municipale.

Naina Varira de son côté, indique que les caisses de la Commune Urbaine d’Antananarivo sont vides. Comment cela peut-il être possible si ce n’est que mauvaise gestion ? Et si l’on revenait aux affirmations du DG de la SMA, le fait de vivre des subventions de la commune ne justifie en rien ces plusieurs semaines de points noirs d’ordures et de puanteur dans la ville. Aussi, où sont passés les impôts collectés par la commune ? Des impôts dont une partie, la redevance pour les ordures ménagères qui représente presque la moitié de l’impôt foncier pour la propriété bâtie. Cette somme devrait suffire à faire fonctionner ou du moins améliorer le fonctionnement de la SMA comme cela a été le cas en 2020. « Mais une nette amélioration est constatée depuis quelque temps puisque quelques points noirs ont déjà disparu. Le SAMVA explique que le versement d’une partie de la Redevance pour les ordures ménagères (ROM) par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a permis de mobiliser une vingtaine de camions à l’heure actuelle », lit-on sur https://bit.ly/3XYdcI5.

Aina P.

Lire aussi