La Gazette de la grande ile

Présidentielle 2023 : L’opposition tente de se mettre au niveau

Publié le 07 décembre 2022

L’opposition tente de se mettre au même niveau que le pouvoir en place par rapport à la prise d’avance dans les campagnes électorales et dans le cadre des élections présidentielles 2023.  Il n’est point nécessaire de spécifier que le régime en place fait des séances d’inaugurations d’infrastructures et des poses de première pierre, un atout pour renforcer sa campagne électorale en vue des élections présidentielles 2023. Comme l’opposition ne peut pas en faire autant, elle essaie de se mettre au niveau en multipliant les descentes sur terrain et les recadrages de ses partisans. A titre d’exemple, il y a le coordonnateur national du parti Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM), Rivo Rakotovao,  qui était en déplacement dans le Sud et le Sud-Est de Madagascar du 1er au 3 décembre, dans le cadre du processus de redynamisation du parti. Celui-ci est allé à la rencontre des partisans du parti dans les localités de Fianarantsoa, Ambositra et Manakara.

Il y a aussi le leader du parti « Tiako i Madagasikara » (TIM), l’ancien président Marc Ravalomanana qui avait appelé dernièrement ses partisans au rassemblement et à l’unité. Il faut aussi noter que celui-ci multiplie à l’heure actuelle les différentes rencontres avec ses partisans dans le cadre de la préparation des élections présidentielles de 2023. Aussi vieux qu’il soit, il ne compte pas se faire distancer par son rival de toujours, le Petit Timonier. Vu son âge avancé dépassant les 70 ans, les élections présidentielles de 2023 s’avère être sa dernière chance de pouvoir de nouveau accéder au pouvoir.  Le constat est pourtant fait à choisir entre Marc Ravalomanana et le Leader bien-aimé. Il n’y a pas photo, le Leader bien-aimé le remporte toujours. Les résultats des élections qui se sont enchaînées opposant le parti TIM au MAPAR, IRD…  ont montré que le Petit Timonier et son équipe l’emportent toujours.  C’est à croire que Marc Ravalomanana n’en a pas marre de la défaite.

Ayant pris goût au pouvoir, Marc Ravalomanana ne compte pas lâcher prise. Par ailleurs, celui-ci voit en la déception de la population malgache par rapport à l’échec de l’Etat,  un atout qui pourrait tourner en sa faveur. Seulement, celui-ci n’a pas fait mieux lorsqu’il était au pouvoir. Ce qui veut dire que tout se joue dans la capacité de pouvoir soudoyer les électeurs notamment par l’octroi de T-shirt, argent… Ce n’est pas pour rien si les organisations de la société civile et certains partis politiques réclament le plafonnement des fonds de campagne électorale pour que tous les participants soient sur le même pied d’égalité.

Andry J

Lire aussi