La Gazette de la grande ile

Le système éducatif entre les mains d’irresponsables

Publié le 07 décembre 2022

La loi d’orientation sur le système éducatif est passée à l’Assemblée nationale et a été votée par 13 députés sur 151 ! On connaît tous cette phrase d’un vieux sage chinois que notre journal a rapporté plusieurs fois déjà : « Si vous voulez détruire un pays ennemi, inutile de lui faire une guerre sanglante qui pourrait durer des décennies et coûter cher en pertes humaines. Il suffit de détruire son système d’éducation et d’y généraliser la corruption. Ensuite, il faut attendre un certain temps, et vous aurez un pays constitué d’ignorants et dirigé par des voleurs ». Si des personnes auraient pu penser encore aux députés, représentants du peuple qui songent au bien de la population, ce qui vient de se passer est la preuve que les députés de l’actuelle législature considèrent Madagascar comme un pays ennemi, et s’ils auraient pu initier une réflexion sur la loi d’orientation, ils ont démontré par leur absence lors du vote d’une loi importante qu’ils veulent contribuer à ce que le pays soit un peuple d’ignorants, mais après tout un certain nombre des actuels députés sont déjà des ignorants,  et que le pays soit dirigé par des voleurs, dont le récent très connu est le ministre de l’énergie avec l’achat de voiture personnelle avec l’argent de la Jirama. Les députés, élus pour représenter la population, n’en ont que faire du système éducatif. Ils ne savent pas ce que c’est et s’ils savaient un peu ce que c’est, ils s’en désintéressent, car les dirigeants actuels sous le régime Mamimbahoaka portent aux nues les ignares prétentieux et les soi-disant « cerveaux » qu’ils ont cherchés s’avèrent majoritairement être des « écervelés ». Entre le Législatif – à majorité irresponsables et impunis, le cas de Lanto Rakotomanga couverte par sa « sainteté » Christine Razanamahasoa, est un exemple précis – et l’Exécutif ainsi que l’entourage du chef d’Etat, un exécutif et son entourage majoritairement incompétents et cupides, le pays est complètement perdu. Il devait rester l’éducation, mais c’est loin d’être la priorité des dirigeants.

La Gazette

Lire aussi