Elections Tana-Ville: La situation se décante

Après une dizaine de jours d’une campagne, menée sur un rythme soutenu, les candidats se présentent dans le dernier virage avant d’aborder la ligne droite.

La situation maintenant se décante, et on y voit un peu plus clair sur les chances des uns et des autres.

A l’approche de l’arrivée, la course est scindée en trois pelotons assez rapprochés les uns des autres. En tête, il y a les favoris, puis viennent les challengers, et enfin les outsiders qui ferment la marche. Les favoris qui mènent la course sont Lalao Ravalomanana (Tim)

et Lalatiana Rakotondrazafy (Freedom soutenu par le Mapar). Une situation tout à fait normale, l’actuelle compétition n’étant que la suite logique du formidable affrontement entre pro-Ravalomanana et pro-Rajoelina, enclenché en 2009.

Rappelons qu’aux dernières législatives dans la capitale, il y eut parité parfaite entre la mouvance Ravalomanana et la mouvance Rajoelina, chacune s’étant adjugée six sièges. Les autres formations ayant été exclues sans pitié du champ de bataille. Lalatiana Rakotondrazafy prend actuellement un léger ascendant et pourrait distancer Lalao Ravalomanana dans la ligne droite. Motifs : d’abord, le refus de cette dernière de se présenter à l’émission-débat, présenté par ses adversaires comme une incapacité à s’exprimer en public et à exposer un programme. Ensuite, le soutien éclatant apporté par Andry Rajoelina qui a boosté la cote de Lalatiana Rakotondrazafy. Enfin, le fait que cette dernière est puissamment appuyée par trois ou quatre chaînes audio-visuelles, alors que pas une seule ne s’aligne sur la candidate du Tim.

A un mètre derrière, Harilala Ramanantsoa (Madavision), Rajerison Véronique (Unrrm), Hery Rafalimanana (Iarivo Mitambatra, soutenu par le Hvm) et Lalatiana Ravololomanana (Opposition). Il s’agit de challengers dont les chances de victoire sont plus réduites, mais qui peuvent quand même l’emporter. Harilala Ramanantsoa cartonne avec son poster qui allie intellectualisme, élégance et charme. Rajerison Véronique séduit avec son idée d’installer des échangeurs de circulation pour limiter les embouteillages. Hery Rafalimanana est propulsé en avant par un vigoureux coup de pouce du Hvm. Lalatiana Ravololomanana attire par son image d’opposante qui fait montre de maturité, d’expérience et d’intransigeance.

Légèrement en retrait, un groupe constitué de Raharinosy Harimanana (Arema), Andry Concept (Stand Up) et Hasina Rakotoaritsifa (Mamimi). Le premier, président national du Seces, se démène beaucoup et est présent partout avec son mégaphone. La grève initiée par les enseigants-chercheurs contrarie beaucoup parents et élèves, et a déjà des incidences sur la cote de ce candidat. Andry Concept est loin d’être maladroit dans les débats. Les organisateurs lui ayant attribué  le Complexe Scolaire d’Ampefiloha comme site de meeting, l’homme a refusé de s’y produire  pour ne pas perturber les classes. Une délicate attention que beaucoup n’oublieront pas dans l’isoloir… Hasina Rakotoaritsifa, discret au départ a pris de l’assurance au fil de la course et ne craint plus de haranguer les passants. Avec la présence à ses côtés de la poétesse et enseignante-chercheuse  Perle Rasoloarijao, l’homme se fait plus percutant.

Bref, une course encore très ouverte même à l’approche de son terme. Aucun concurrent n’est définitivement distancé, même ceux en queue de peloton peuvent piquer un sprint irrésistible et créer la surprise.

A.    R.

 

 

Comments are now closed for this entry