1896-1960 : pour une indemnisation de Madagascar par la France (99ème partie)

Durant la Seconde Guerre Mondiale, 76.000 juifs ont été déportés dans des trains entiers de la Société Nationale des Chemins de Fer français vers des camps de concentration, sur réquisition du Troisième Reich. Suite à cette tragédie innommable, la France aurait pu crier « plus jamais ça » et ne plus faire subir des sévices à des prisonniers dans des wagons. Au contraire, avec une ignoble lâcheté, le pouvoir colonial français a ordonné de mitrailler des malgaches enfermés dans des wagons à Moramanga en 1947. Comme si cet exemple ne suffisait pas, les militaires français ont remis le couvert en asphyxiant des camerounais dans des wagons entre Douala et Yaoundé en 1962. L’ironie du sort est que des survivants juifs des déportations nazies ont exercé de fortes pressions, grâce aux efforts d’associations telles que Coalition for Holocaust Rail Justice et Anti-Defamation League, afin que la France, qui refusait de les indemniser, ne puisse pas soumissionner aux appels d’offres pour les marchés publics ferroviaires aux Etats-Unis. Fin 2014, la France a capitulé en leur versant 60 millions USD à titre de dédommagement. Des patriotes malgaches sont prêts à manifester pour exiger une indemnisation similaire mais les autorités malgaches barreront la route à leurs compatriotes pour que l’ancienne puissance coloniale continue à bénéficier d’une obscène impunité, exactement comme pour les Iles Eparses. Le silence conjoint des intellectuels malgaches et français sur ce traitement discriminatoire est éloquent.

Ranary et Fabrice

Comments are now closed for this entry