Délestage: Un cauchemar au quotidien

Le délestage fait rage au niveau de la grande île, il faut dire que les cas de coupures n’étonnent plus les usagers. C’est devenu une affaire quotidienne et les consommateurs font avec. La société Jirama est encore en pleine crise. Avec les centrales hydroélectriques en panne sèche à cause du problème d’étiage dû au manque de pluie, ladite société n’a plus d’autres solutions que d’alterner les coupures et de mettre un calendrier de délestage afin de pallier le problème. La situation risque de perdurer pour un long moment vu que même la rivière d’Ikopa se retrouve à sec à cause de l’insuffisance de pluie. Puis la capacité financière de la Jirama est très limitée, d’où la situation risque d’être insoluble. Les habitants de la ville d’Antananarivo et les communes environnantes revivent les cas de coupure au quotidien. Certes, le délestage n’est plus un cas particulier, mais il reste quand même le cauchemar de la Jirama et de ces abonnés. Hier encore, nombreux quartiers de la capitale se sont retrouvés privés d’électricité et ce pendant une durée d’une heure au minimum. A l’exemple de 67Ha, Ambodin’Isotry, Isoraka, Antohomadinika, Antaninandro, Ampefiloha… Face à cela, les petits ateliers dépendant d’électricité se sont retrouvés fermés tels que les cybers café, coiffures… Comme l’offre ne répond plus à la demande des abonnés, il ne faut  plus s’étonner  des coupures de courant qui peuvent durer des heures. Les usagers n’ont pas d’autres choix que de ruminer ce problème en silence. Le changement climatique a de lourdes conséquences pour la vie de la population. Elle engendre non seulement des problèmes au niveau de la production d’énergie, mais aussi un grand dilemme pour les agriculteurs. ( Voir également article en page 3.)

Jean Riana

Ajouter un Commentaire