Ambaladara – Mananjary: L’exploitation aurifère se poursuit

Les cas d’exploitation aurifère effectués par les opérateurs chinois rencontrent souvent des oppositions vis-à-vis des habitants de chaque localité, mais n’empêche qu’il persiste dans cette voie vu qu’ils ont le soutien de hauts responsables au niveau du gouvernement. Comme le cas de Soamahamanina qui avait engendré de nombreuses manifestations perpétrées par les habitants de cette localité se souciant des impacts négatifs des exploitations opérées par les étrangers. Sachant que les terres malgaches regorgent de richesse, les opérateurs chinois  persistent dans leurs opérations d’exploitation en trouvant d’autres localités ayant de fortes potentialités minières. Des opérateurs chinois se sont installés dans le fokontany d’Ambaladara district de Mananjary dans le but d’opérer une exploitation aurifère. Bien que la communauté de cette localité ait déjà clairement exprimé leur opposition à la reprise de l’exploitation aurifère illégale des opérateurs chinois lors de la manifestation populaire du 20 septembre 2016 qui avait abouti à la suspension des activités de ces derniers par le Chef de Région. Pourtant, on vient d'apprendre que ces opérateurs ont repris leurs travaux d'exploitation aurifère depuis le 25 décembre 2016. A noter que cette exploitation soulève de nombreux problèmes parmi lesquels les impacts négatifs sur l’accès à la terre des communautés locales et sur leur alimentation. Le régime actuel accorde l’impunité à ces opérateurs étrangers malgré la multitude des mouvements de protestation à l’encontre des exploitations aurifères accordées à l’avantage des étrangers. Non seulement, ils ne respectent pas les us et coutumes, mais leurs exploitations à grande échelle ont de sérieux impacts environnemental et sanitaire. Dans son communiqué du 10 octobre 2016, le CRAAD-OI avait déjà posé la question épineuse de la position des autorités face à cette exploitation aurifère qui continue ainsi à causer de graves dangers liés à l'utilisation très probable du mercure par les opérateurs chinois, lesquels n'ont toujours pas obtenu à ce jour les permis d'exploitation et environnemental requis. Les autorités locales semblent ne pas réagir sachant bien que l’utilisation de mercure pourrait avoir de sérieux impact sur la santé surtout pour les femmes enceinte. C’est à se demander si l’impunité accordée aux proches du régime prendra fin un jour.                                           

                            Jean Riana

Ajouter un Commentaire