Jeunesse laissée-pour-compte: Dangereux avenir !

Qu’ils soient issus de milieux défavorisés ou qu’ils souhaitent s’essayer à la délinquance, les enfants sans balises deviennent de plus en plus nombreux dans les rues de la capitale. La plupart d’entre eux, sous la pression violente de leur parents ont tout simplement décidé de mettre fin à leur formation scolaire. Quel avenir attend ces jeunes ? Peut-on tout simplement parler d’avenir les concernant ?

Vivre au jour le jour et profiter pleinement de chaque instant de la vie est devenu une véritable conduite de vie de la jeunesse actuelle. Et c’est valable aussi bien pour certains jeunes qui ont accès à une scolarité normale que pour ceux qui n’en ont pas accès. Si pour les premiers, l’influence des réseaux sociaux jouent un rôle influent, les seconds eux, restent sous l’influence directe de leur proche entourage. D’un cas à l’autre, il n’est évidemment pas question pour eux de parler d’avenir. Il est vrai que malgré un maximum de bonne volonté, tout semble faire croire que l’avenir de ce pays sera sévèrement compromis. En effet, à défaut de moyen, de nombreux parents n’ont pas la possibilité d’inscrire leurs enfants dans des écoles ayant un bon niveau. Pire encore, ils préfèrent choisir de mettre fin à l’éducation de leurs enfants. Si une telle situation ne semble pas choquante, on se demande quels genres de dirigeants seront à la tête de ce pays ? Faut-il attendre que les politiciens actuels soient atteints de sénilité pour prendre en charge l’éducation, et l’avenir de ces jeunes ?

Pour la jeunesse de ce pays, l’épanouissement personnel se fait en deux voire trois vitesses. D’abord, il y a ceux pour qui errer dans les rues représente la seule solution pour survivre. Leurs activités tournent autour de la mendicité, ou encore des infractions mineures avant de devenir des délinquants de renom. Si l’on pouvait on se rassurerait sur le fait que ces enfants, n’ont pas encore accès aux armes à feu comme dans d’autres pays. On imagine mal la situation si telle était le cas. Ensuite, il y a ceux qui ne savent pas trop sur quel pied danser. En effet, ils sont partagés entre les heures de cours et les loisirs improvisés, vu l’absence d’infrastructure de loisir. Ce dernier cas entraînera inexorablement la montée de la délinquance, car comme on sait, l’oisiveté est la mère de tous les vices. Enfin, il y a ceux qui dans leur ambition de réussite, voient leur efforts anéantis par le système lui-même. Qu’il s’agisse d’étudiants, d’artistes, d’entrepreneurs, ou même de salariés. En un mot, il faut avoir de la conviction, de la patience et beaucoup de détermination pour venir à bout d’un projet.

Si réussite n’est pas donnée à tous, la situation actuelle tend à mettre ce terme aux oubliettes. En effet, même si une famille a atteint un certain degré de réussite, elle restera dans l’angoisse. Dans l’environnement social actuel, le fait de réussir entraîne forcément des jalousies, menant à des gestes qui gâchent toute une vie. S’il a été dit et répété que la jeunesse est l’avenir de ce pays, il serait grand tant de faire suivre les paroles par des actes.

Johan R.

Ajouter un Commentaire