Edito: Éloge de la victimisation

Soit le régime est complètement inexpérimenté, soit le régime veut creuser sa propre tombe en s'en prenant ainsi à Ravalomanana. Non pas que Ravalomanana soit un saint ou soit le Messie qui va sauver Madagascar -après avoir fait du pays son tikoland du temps où il était à la tête de l'Etat - loin de là, mais parce que "sentimentaux" bon nombre de Malgaches aiment plaindre les "victimes" ou ceux qui jouent à la victimisation. Aujourd'hui et pour une histoire de Zumba et de fête dans un endroit ferme -en l'occurrence Mahamasina-Ravalomamanana a vu sa cote de popularité doublé ou triplé en un week-end. Aujourd'hui, on ne parle que du "monde" qui a suivi le Cow-boy samedi dernier. Aujourd'hui, on ne dit pas que ce sont les gens du TIM qui étaient venus nombreux mais des gens excédés du régime en place, excédés des errements de ce régime. Avec cette côte de popularité de Ravalomanana pour laquelle le régime Rajaonarimampianina y est pour quelque chose, si le régime s'amuse à faire la chasse à l'homme ou la chasse au Ravalomanana, les gens le considéreront comme "victime" et sa cote de popularité pourrait atteindre son apogée! Car Ravalomanana n'est pas Lylison - peut être victime mais qui a peu de soutien sinon pas de soutien ; car Ravalomanana n'est pas Augustin Andriamananoro -peut être victime mais qui a peu de soutien sinon pas de soutien ; car Ravalomanana est un ancien chef d'Etat qui a ses félons, ses partisans, ses acolytes qui veulent revivre les honneurs du pouvoir...Si aujourd'hui le régime va faire de Ravalomanana l'homme à chasser coûte que coûte, gageons que le même Ravalomanana aura des voix -plus que lui-même n'imagine-aux prochaines élections!

Claude Rakelé

Ajouter un Commentaire